Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cours de bourse EDF sur 12 mois Fev 2016
Cours de bourse EDF sur 12 mois Fev 2016

EDF, l’électricien national français est en mauvaise posture, consommateurs puis contribuables seront bientôt mis à contribution financière. Le cours de bourse d’EDF a dévissé de 50% en 6 mois. EDF n’arrive pas à financer la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires EPR en Angleterre, se retrouve plombé par la reprise d’une partie d’AREVA, alors qu’il n’a pas le sou pour financer le grand carénage des centrales nucléaires françaises – 55 milliards d’euros - pour tenter d’augmenter leur durée de vie. Ajouter le provisionnement du coût du démantèlement des centrales et du stockage des déchets - plusieurs dizaines de milliards d’euros - pour compléter le tableau de bord.

Secret d’Info sur France Inter a consacré vendredi 5 février une enquête sur la situation financière d’EDF face au mur d’investissement nucléaire. Même sans accident majeur ou catastrophe, le 1er électricien nucléaire mondial pourrait être acculé à la faillite, si la hausse des prix de l’électricité n’arrivait pas à couvrir ses coûts directs qui vont augmenter pour payer la facture nucléaire (une centaine de milliards €, hors investissement à Hinkley Point). Ses abonnés français vont voir leur facture flamber de 30 à 50% dans les prochaines années pour commencer. Et si cela ne suffit pas, on fera appel aux contribuables… Emission à réécouter en ligne.

Le prix de l’électricité est un sujet politiquement et socialement sensible en France. Compte tenu de la part de marché du chauffage électrique, la précarité énergétique va exploser. Une conséquence de notre politique énergétique pro-nucléaire difficile à justifier aux français, alors que pour faire passer la pilule des réacteurs on leur avait vendu un prix artificiellement bas…

Avec un marché de fourniture d’électricité qui se libéralise en France et un prix de gros sur le marché européen inférieur au coût de production d’EDF, ce dernier va perdre de plus en plus de clients et vend déjà à perte sur le marché une part de son électricité nucléaire. L’efficacité énergétique et l’autoconsommation de l’électricité solaire vont également jouer à réduire la consommation de ses clients…

Alors que les syndicats des salariés d’EDF s’opposent à la réalisation du projet de construction de deux EPR à Hinkley Point par EDF, la démission du grand patron du projet cette semaine semble une bonne nouvelle pour faire avorter ce projet. EDF éviterait d’investir 18 milliards d’euros qu’ils pourraient consacrer à des investissements nécessaires en France. Même avec un prix élevé d’achat de l’électricité garanti sur une très longue durée - 120 €/MWh pendant 35 ans,, 4 fois le prix actuels du marché UE, les deux EPR d’Hinkley Point sont difficiles à financer. Ça marque mal pour EDF et n’augure pas d’une formidable réussite commerciale à l’export. Aussi, quid de l’activité construction de réacteurs nucléaires au sein d’EDF constituée avec la reprise partielle d’AREVA, s’il n’y a plus de nouvelles centrales à construire ? Hinkley Point devait être une nouvelle tête de série d’EPR « New Design », pour tenter de faire oublier l’échec technico-économique des EPR de Finlande et de Flamanville...

Il y a beaucoup de nuages noirs dans le ciel de l’électricien national, l’atomcratie française va-t-elle conduire EDF dans le mur ? Les prochains gouvernements feront ils autre chose que retarder la probable faillite d’EDF ?

Tag(s) : #Economie; Nucléaire; Energie

Partager cet article

Repost 0