Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La commission des finances du Sénat est-elle devenue un repère de vilains gauchistes et d’héritiers de René Dumont ? ;-) Les zélateurs de l’omniprésident ne vont pas tarder de le penser, surtout s’ils ont lu le communiqué de presse sénatorial du 5 novembre 2007.

 

La commission des finances de l’honorable institution du Palais du Luxembourg, présidée par M. Jean Arthuis (UC-UDF, Mayenne), a examiné le 31 octobre 2007 le rapport de MM. Alain Lambert (UMP, Orne), Jean-Pierre Masseret (Soc, Moselle), Gérard Miquel (Soc, Lot), Yvon Collin (RDSE, Tarn-et-Garonne) et de Mme Fabienne Keller (UMP, Bas-Rhin), rapporteurs spéciaux de la mission « Ecologie, développement et aménagement durables ». Elle n’est pas tendre avec la posture verte de l’omniprésident, qui s’évanouie dans la réalité budgétaire du projet de loi de finances pour 2008. Est-ce que Fillon et Lagarde auraient racorni les grandes ambitions écologistes de l’hôte de l’Elysée, pour s’en tenir à l’orthodoxie budgétaire de la non lutte contre l’effet de serre ? Mais où est passé le new deal écologique mondial, prôné par l‘omniprésident à la tribune de l‘ONU, dans la conduite de la politique nationale pour 2008 ?

 

Ces sénateurs, qui ne sont définitivement pas des ayatollahs de l’écologie, « se sont toutefois déclarés préoccupés par l'absence de traduction financière et budgétaire des orientations proposées par le Grenelle de l'environnement ». Que ce soit pour le transport collectif, notamment sur le ferroviaire, mais aussi pour la politique énergétique, la prévention des risques naturels majeurs, le contrôle des installations classées, … il y a loin de la coupe aux lèvres entre la posture du Grenelle et les moyens mis en œuvre pour 2008.

 

 

La note de présentation du rapport est disponible sur le site Internet du Sénat. Si la lecture du rapport est parfois laborieuse pour le quidam qui n’a pas fait l’ENA, la mise en œuvre de la LOLF pour la présentation comptable des politiques de l’Etat est néanmoins éclairante pour le commun des mortels.

 

Alors que les actions du grand Ministère « Ecologie, développement et aménagement durables » de Borloo sont passées au crible de l’analyse des sénateurs, je me suis penché sur le programme 174 « Energie et matières premières » du Medad. Et le constat est affligeant.

 

Avec budget proche du milliard d’euros, avec très exactement 908 052 786 euros en autorisations d'engagement et de 907 337 758 euros en crédits de paiement, l’on pourrait se dire, que la politique énergétique de la France avait les moyens de son ambition sans carbone. Sauf que la répartition des crédits est très inégale, et que 88,1 % (un peu plus de 800 millions d’euros) sont réservés au traitement des prestations versées aux retraités des mines (pensions, charges de sécurité sociale, …). Si l’on y ajoute les actions visant à limiter les conséquences dommageables des exploitations minières, ainsi que celles de gestion des procédures de travaux de mise en sécurité des sites miniers, le MEDAD dépense 94 % de son budget « Energie et matières premières » pour le charbon, énergie du passé !

 

Bref, sur ces quelques 900 millions d’euros au titre de la politique énergétique, seulement 6 % (environ 50 M€) sont réellement destinés aux activités de l'Etat visant à satisfaire les besoins des consommateurs en énergie et matières premières.

 

Le rapporteur spécial estime, non sans humour alors que le pétrole caracole à près de 100 $ US, que l'objectif 1 « Maîtriser l'énergie en réduisant la consommation et en développant l'usage des énergies renouvelables », pourra opportunément être étoffé afin d'être à la hauteur des enjeux écologiques en matière de consommation énergétique.

 

C’est dit pudiquement, mais le constat est là. Nous ne nous donnons pas les moyens d’affronter la crise énergétique en cours, ni d’infléchir la définition de nos priorités stratégiques à l’heure de la lutte contre le changement climatique.

 

 

Parole, parole, parole, parole, parole,

encore des paroles que tu sèmes au vent, …

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0