Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’adaptation à la contrainte énergétique et climatique, passe par l’action au niveau local. Cette thématique devra donc trouver toute sa place aux municipales 2008, et prendre une large place dans l’agenda du mandat 2008/14. Plutôt que de stigmatiser ceux qui sont en bas de division « développement durable », je vais vous faire partager quelques bonnes pratiques.

 

Ainsi, la ville de Lyon et sa Communauté urbaine Grand Lyon, sont en avance vis-à-vis de bien de villes et agglomérations françaises, concernant leur politique énergétique exemplaire. Le référentiel habitat durable du Grand Lyon, mis en place il y a quelques années, s’impose déjà aux logements et bureaux construits sur les nouvelles ZAC de l'agglomération lyonnaise (plus de 3 000 logements et 96 000 m² de bureaux concernés à ce jour). Plutôt qu’un vague cahier de recommandations, les édiles locaux on choisit de prendre en main les leviers qui s’offraient à eux : formaliser un cahier des charges exigeant pour leurs ZAC, qui intègre le référentiel habitat durable du Grand Lyon.

 

Ainsi, l’effet d’apprentissage est devenu obligatoire pour les opérateurs immobiliers, construire mieux étaient la condition pour accéder aux marchés des ZAC. C’est désormais la totalité des logements sociaux construits dans l'agglomération qui appliqueront le référentiel habitat durable du Grand Lyon. Cette mesure d'importance a été validée en septembre dernier par les élus du Grand Lyon. La délibération est en ligne.

 

Une étude très précise menée par le cabinet Adret, en étroit partenariat avec ABC HLM, l’Agence Locale de l’Energie de Lyon, l’Ademe et la DDE du Rhône, a permis de mettre en évidence les surcoûts d'investissement induits par les offices HLM et les économies de charges générées pour les futurs locataires, afin de mettre en place une méthode de financement tenant compte du "coût global" des opérations avec adaptation du dispositif des "marges locales" à appliquer sur les futurs loyers. En clair, les loyers vont augmenter légèrement pour équilibrer les opérations, et l’économie de charges viendra compenser.

 

Pour « imposer » ce référentiel habitat durable à tous les nouveaux logements sociaux du Grand Lyon, les élus ont tout simplement modulé l’intervention financière de la Communauté, en fonction du respect du référentiel. Ainsi, leur subvention destinée à l’équilibre de chaque opération, sera plafonnée à 305 € par mètre carré de surface utile pour  celles qui respectent le référentiel habitat durable, et à 210 € pour celles qui ne le respectent pas. Autant dire qu’il devient économiquement impossible pour un bailleur social, de pouvoir monter un programme sans respecter ce référentiel. 30 % en moins de subvention, ça fait évoluer les pratiques !

 

 

Je voudrais maintenant revenir sur la décision d’imposer ce type de cahier des charges pour les ZAC avec un retour d’expérience en cours de réalisation. Lyon-Confluence, l’opération vitrine soutenue par la Commission européenne dans le cadre du projet Concerto, a été lancée en 2004. Construite en ce moment, c’est un chantier qui préfigure les prochains standards de construction en France pour 2015. Le cahier des charges de cession des droits à construire était destiner à renforcer la démarche de développement durable du programme de base de cette opération, avec comme objectif à atteindre :

réduction des consommations de l’ordre de 40% par rapport à la référence RT 2000
couverture de 80% des besoins de chauffage et d’eau chaude sanitaire par des sources d’énergie renouvelables

couverture de 50% de la consommation d’électricité des parties communes à partir de sources d’énergie renouvelables

 

Lyon-Confluence.jpg
Le projet Lyon Confluence est l’un des plus ambitieux projets urbains de centre-ville en Europe : il prolonge le centre de Lyon jusqu’à la pointe de la presqu’île par des aménagements forts et dans le respect de critères stricts en matière de qualité urbanistique, architecturale, environnementale et paysagère. Il prévoit une diversité économique et sociale pour un quartier animé et vivant, avec notamment :

- la création d’un Pôle de loisirs et de commerces (cinémas, activités récréatives, galeries marchandes) ;

- la réalisation de parcs et de places de proximité, mais aussi deux espaces de vie d’envergure : le parc de Saône, qui s’étire du Nord au Sud du site et se prolonge en ramifications vers l’intérieur des îlots de bâtiments, et la place Nautique :indissociable du parc des Berges de Saône, faisant pénétrer la rivière dans la ville, c’est un espace unique en Europe par ses dimensions, sa conception, son animation (Pôle de loisirs) ;

- des constructions emblématiques consacrées à la culture : les docks du Port Rambaud, le Musée des Confluences, les archives municipales ;

- la réalisation de logements, commerces, bureaux, équipements publics de proximité (groupes scolaires, MJC, centre aéré, terrains de sports).

 

 

Prévu pour être livré en 2010, le programme Confluence va sans doute voir se développer un tourisme d’ingénieurs et de décideurs à la recherche des recettes de l’exemplarité verte, un peu comme Freibourg aujourd’hui. La plaquette de présentation du programme Concerto Lyon Confluence, c’est ici.

Pour ceux qui veulent aller plus loin :
-      
en ligne, le site de la ZAC http://www.lyon-confluence.fr/,
-      
la genèse du projet sur le site d’Hespul à l’initiative du projet,
-      
la présentation de l’ilot A réalisé par Nexity Apollonia,
-      
la note de synthèse HQE de l’opération.

 

 

Lyon, tout le monde peut y aller en train, et leur leadership énergétique devraient faire des émules ;-) Pour ceux qui voudraient aller plus loin pour voir encore mieux, une vidéo sur la commune suédoise Växjo, qui a remporté le prix « énergie durable pour l’Europe ».

 

 

 

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :