Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tenter d’écrire un billet politique sans tomber dans le commentaire du jeu de cour, c’est un exercice difficile, tant la cour et son roi se donnent en spectacle (avec prix spécial pour Dati, ici et …). Mais sans cette exigence, mon blog serait truffé d’épisodes du désolant show omniprésidentiel.

Ça fait plusieurs fois que mes amis et collègues européens, m’interrogent au détour d’un dîner convivial, sur « notre » étrange président. Que fait-il vraiment ? Qu’en pensent les français ? Sur quel chemin les mène-t-il ? Tiendra-t-il cinq ans à ce rythme ? A-t-il une vision pour l’Europe, autre que le leurre euro-méditerranéen ? …  Questions d’européens attentifs interloqués par le « Grand Pays », qui bientôt prendra la présidence de l’union.

Etant le français de la bande, il me revient de les éclairer. Leur avouer que notre président, s’il emprunte un peu au héros de Cervantès - en mieux habillé et avec les moyens que donne son statut - ce n’est que pour servir son ambition, ses amis et leurs réseaux d’influence. L’intérêt général est rangé au rayon des accessoires, au temps de l’oligarchie publique et privée.

Une vraie cigale notre président, qui dès l’été s’est précipité pour offrir un paquet fiscal à 15 milliards d’euros -principalement pour ses riches amis – et ainsi dilapider toutes les marges de manœuvre budgétaire. Et maintenant qu’avec l’hiver la rigueur est arrivée, le gouvernement de l’omniprésident est bien marri pour boucler son budget 2008. Pas de point de croissance en plus, malgré la volonté omniprésidentielle qui justifiait ce paquet fiscal. Tout juste si l’économie nationale ne décroche pas ! On en est rendu à vendre les bijoux de famille pour financer la modernisation des universités ! Et dire que d’aucuns le présentait en une sorte de Thatcher à la française, alors que c’est un pleutre libéral qui favorise les rentiers.

Si Sarkozy s’assoie sur les critères européens de convergence économique (renvoyant à 2012 ce que nous devions atteindre dès 2010), au moins a-t-il participé activement à remettre en route la construction institutionnelle européenne arrêtée depuis le « non » français de 2005. Je m’interroge, tant il aime jouer cavalier seul pour voler la vedette.  

L’omniprésident est tellement à l’aise dans le couple franco-allemand, qu’il laisse la défense des droits de l’homme à Angela Merkel. A elle de recevoir le Dalaï-lama, même si ça fait grincer les dents du Medef allemand, à lui d’être un super VRP qui traite en direct avec Hu Jintao pour vendre de la technologie made by Areva. Si Merkel et les 25 autres chefs d’états européens sont restés dignes face à la récente mascarade électorale russe, notre omniprésident a été l’un des très rares dirigeants mondiaux à se précipiter pour féliciter Poutine. Comment Ingrid Betancourt peut-elle encore se raccrocher à l’idée que la France est un grand pays qui « cherche toujours à se guider par principes et non par intérêts », depuis que nous somme en régime de rupture ?

Sarkozy qui reçoit son nouvel ami libyen à Paris, Kadhafi le repenti du terrorisme assis sur un tas de pétrole et de gaz, a-t-il prévu d’organiser une réunion informelle du Conseil de l’Europe sur l’énergie, sous la tente du « Guide » qui sera plantée sur la pelouse de l’Hôtel Marigny ?

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0