Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour une fois que Renaud Muselier a été dans la production intellectuelle, je me suis fait plaisir à piller son pauvre blog, où le rapport parlementaire sur le projet omniprésidentiel d’Union Mméditerranéenne est en ligne. Renaud le marseillais, est le président de la commission parlementaire qui s’est attelée à la tâche de crédibiliser ce projet politique d’Union méditerranéenne. Au moins Marseille aura peut être droit à un grand sommet de la méditerranée en 0208. Pour ce qui est de « crédibiliser » le projet, confier cette tâche à Renaud Muselier est en soi une galéjade 

Pour ce projet d’UMed, j’ai eu beau parcourir le résumé, les différentes synthèses des parties, le rapport complet et ses annexes, rien n’y fait, je reste sur ma faim.  Et pourtant, je suis un fervent « croyant » en ce projet, européen convaincu et méditerranéen du fond de mon âme. Les enjeux d’arrimer la rive sud de la méditerranée à la dynamique européenne, me semblent essentiels. Pour ne pas que l’Europe devienne un grand ghetto de vieux riches, repliée sur elle-même dans la peur de l’islamoterrorisme, aveugle et sourde à la dynamique démographique et sociale à l’œuvre sur son flan sud. Sur les conseils d’Emmanuel Todd, se concentrer sur les fondamentaux : la dynamique démographique. Sur la base de celle-ci, comprendre que les enjeux nous commandent de jeter d’avantage des ponts depuis les deux rives.

d--mographie-mediterran--enne.jpg

tableau---voluion-population-med.jpg

La prose parlementaire franchouillarde n’arrive pas à dépasser les vœux pieux, pour tenter de donner du concret au projet omniprésidentiel. Un G-Med (cadre institutionnel pour les réunions des chefs d’Etats) et une Agence de la Méditerranée (on dirait du Chirac ;-), la création d’un GIFMED (Groupe des Investisseurs Financiers de la  Méditerranée) et d’une nouvelle institution financière pour collecter l’épargne des migrants et l’investir, et la priorité donnée à l’eau, l’environnement, et l’échange de savoir, … arriveront-ils à dépasser ce que le processus de Barcelone et les multiples institutions intergouvernementales, les ONG et les acteurs socio-économiques, n’ont pas réussi à enclencher ?

Ce que je ne saisi pas dans ce rapport, c’est la valeur ajoutée de ce projet d’Union méditerranéenne. Qu’a-t-il de plus, qu’un nouvel étage à ce qui existe déjà ? Qu’est-il de plus qu’un outil de communication ? Sera-t-il plus efficace que coûteux ? Je voudrais y croire à ce projet, car le sens de l’histoire le rend nécessaire. Et pourtant, rien dans ce que j’ai lu ne permet de dépasser la tension politique de plus en plus prégnante. Les pays du Sud de la méditerranée semblent rétifs au concept. Quelle sera la place de la Libye, où le Guide, terroriste repenti et dictateur patenté, a été reçu en grandes pompes à Paris ? Quelle place faire à Israël ? … Nos amis européens des 27, sont bousculés par la méthode française. L’Allemagne est chaque jour plus réticente, et les espagnols sont agacés par Sarko le VRP au Maroc et en Algérie (l’UMed ne doit pas servir à vendre des TGV et des centrales nucléaires made by France !).

Alors, un nouveau rapport pour rien ? Je suis loin d’être optimiste... En attendant, je vais voir comment labelliser quelques projets « Label Med », histoire de nourrir le rêve et essayer de le lester de concret.

Pour aller plus loin : Plan Bleu

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0