Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J’en avais parlé ici ou , j’en avais même rêvé à haute voix, tout arrive, même en fin de mandat. La Ville de Marseille s’est enfin engagée lors du dernier conseil municipal du 10 décembre, à développer l’énergie solaire sur son patrimoine. Des petites centrales photovoltaïques vont fleurir dans la citée phocéenne.

Parce que les bonnes idées qu’on laisse sur la table auraient été des battons pour se faire battre en mars, Gaudin s’est trouvé une âme écologiste pro-solaire à 3 mois de l’échéance. Ok, Montpellier, Lyon, Grenoble, Perpignan, …  ont déjà des réalisations, mais à Marseille, depuis le 10 décembre, on a des projets. Enfin !!!

Sans doute avais-je trop la tête dans le guidon en fin d’année, pour louper cette information qui est pour moi une grande satisfaction. Si Robert Assante, adjoint à l’environnement de la ville voulait bien laisser Strasbourg être la capitale française du solaire, gâchant ici nos 340 jours de soleil, la situation a sensiblement évolué au cœur de l’hiver 2007. J’ai tant dénoncé l’absurdité et l’inertie de la ville pour sa politique énergétique, sur ce blog et ailleurs, que je félicite cette tardive décision. Mieux vaut tard que jamais ;-) « Marseille, capitale du solaire », ça sonne bien non ?

Je ne voudrais pas faire mon râleur, mais le moteur de recherche des délibérations du conseil municipales, tout autant que le moteur de recherche sur la page d’entrée du site internet de la ville, ne fonctionnent pas. Impossible de trouver les délibérations afférentes à ma joie, par mots clés. J’ai du passer en revue les 183 délibérations prises en séance le 10 décembre, pour vous rapporter ces deux perles :

·         N° 07/1242/EHCV - DIRECTION DE L'ACTION FONCIERE ET DU PATRIMOINE : Plan Climat - Approbation d'une autorisation d'occupation temporaire accordée à la Société EDF Energies Nouvelles pour l'installation d'équipements photovoltaïques sur les toitures de la Friche de la Belle de Mai.

·         N° 07/1243/EHCV - DIRECTION GENERALE DE L'URBANISME ET DE L'HABITAT : Plan Climat - Lancement d'un appel à projets concernant la production d'énergie renouvelable photovoltaïque sur des bâtiments du patrimoine de la Ville de Marseille.

La première délibération, approuve la mise à disposition des toitures de la Friches de la Belle de Mai (anciens établissement de la SEITA) à EdF Energies Nouvelles pour une durée de 20 ans, pour que l’opérateur finance et exploite des centrales solaires, au lieu de laisser bêtement ces toitures dormir au soleil. Ça ne coûtera rien à la ville, et ça pourrait même lui rapporter, selon les termes et les détails de l’autorisation d'occupation temporaire (AOT) signé entre la Ville de Marseille et EdF-EN. Comme la probable absence de consultation préalable est critiquable pour l’attribution de cet AOT, qu’EdF-EN n’est pas une société philanthropique, je serais curieux de lire le contrat. En effet, en regard de l’objet industriel du projet, des sommes considérées pour les investissements, des revenus générés par la vente d’électricité, de la durée d’amortissement et de vie des équipements, et des conditions en contrepartie accordées à la ville (redevance, échéance de la propriété ultérieure des équipements, …), il y a peu de chance que ce type d’AOT échappe à la consultation publique. Car d’autres opérateurs qu’EdF-EN (Poweo, Solaire Direct, Suez, …) pourraient vouloir monter des offres alternatives. Ainsi, ne blâmons pas trop la mairie pour cette expérimentation administrative faite un peu à la va-vite, le principal n’est-il pas de lancer la machine de la conversion solaire de Marseille avant mars 08 ? Marseille, capitale du solaire je vous dit ;-)

En ce sens, la deuxième délibération est particulièrement intéressante. Elle lance un appel à projets, pour la réalisation de centrales photovoltaïques sur les bâtiments municipaux, sur le même modèle que celui de la Friche de la Belle de Mai, après le retour d’expérience. En clair, la ville propose de louer la quatrième façade de son patrimoine, pour générer de l’électricité solaire et elle lance un appel à la concurrence. Je reste un peu sur ma faim, car l’annexe technique avec la liste du patrimoine considéré, n’est pas fournie. S’agit-il de centaines, de milliers, de dizaine de milliers de m² ? Par lots ? Echéancier de réalisation ? …

 

Je m’en vais me renseigner sur les détails de ces délibérations et vous tiendrai informé des projets. Le premier est-il le Palais de la Glisse ? J’ai repéré un appel à projet (sans numéro ni date, merci la transparence …), pour que cette hérésie climatique (la plus grosse patinoire de France en climat méditerranéen !) se couvre de panneaux solaires. R. Muselier et B. Gilles, ont pris conscience découvert alors que les travaux étaient lancés, qu’on ne pouvait avoir la posture du développement durable et porter la responsabilité de la décision de cette hérésie. Espèrent-ils qu’une petite couche de photovoltaïque au dernier moment masquera l’inconséquence de leur gestion ?

 

Tag(s) : #Marseille 2008 et au delà

Partager cet article

Repost 0