Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C’est officiel depuis aujourd’hui 23 janvier, la Commission Européenne vient de publier le projet de Directive européenne sur les énergies renouvelables. Cette future loi européenne, va obliger les états membres à prendre les dispositions nécessaires, à la transcription de la décision du conseil européen de 20 % EnR 2020, prise en mars 2007.

Ce projet de Directive va au-delà de l’incantation envers les états membres. Ils devront tous appliquer une feuille de route, et les résultats intermédiaires seront régulièrement évalués. Pour la France, l’objectif est de couvrir 23 % de sa consommation d’énergie à partir d’énergies renouvelables en 2020. C’est un objectif réellement ambitieux, sachant que la part EnR en France était de 10,3 % en 2005 (en régression par rapport à début 2000). En 2020, on devra consommer en France, plus d’énergie renouvelable que d’énergie atomique ;-)) … Et avec 23 %, la France sera dans les pays leaders en Europe, devant l’Allemagne (18 %), l’Espagne (20 %), l’Italie (17 %) et l’Angleterre (15 %). Toutefois, nous resterons derrière la Suède (49 %), l’Autriche (34 %) le Danemark (30 %), et l’Estonie (25 %). Du moins, d’après la répartition des objectifs à atteindre, tels que définies dans ce projet de Directive

 

Brève analyse, après une lecture à chaud :

-       Pour la première fois, la chaleur et le froid renouvelables sont clairement et pleinement intégrés dans une directive communautaire. C’est une bonne chose, sachant que les besoins de chaleur dans l’habitat peuvent être largement couverts pour les énergies renouvelables, et que la chaleur représente 50 % de l’énergie consommée en Europe. Ainsi, il va devenir obligatoire d’équiper chaque logement neuf ou réhabilité, d’un système à énergie renouvelable…

-       Du côté de l’électricité solaire, les choses devraient être facilitées, car les états membres vont être obligés de faciliter l’accès et la connexion au réseau électrique (binding priority access to the grid). Ainsi, la France aura du mal à justifier de maintenir une procédure longue et fastidieuse (5 à 8 mois dans le meilleur des cas, avec 7 échanges avec 5 services publics ou administrations différentes et une parution au journal officiel) pour qu’un particulier connecte une microcentrale photovoltaïque de quelques kilowatts. Elle va devoir décomplexifier ses procédures, qui ne sont bien souvent que des barrages administratifs pour empêcher le marché de se développer.

-       Autre bonne nouvelle concrète, l’obligation faite aux états membres de mettre en place un système de qualité pour le secteur de l’installation des énergies renouvelables, avec formation théorique et pratique sur les différentes technologies (bois énergie, solaire thermique, photovoltaïque et pompes à chaleur, …). Pour une fois, les français sont en avance et exemplaires, eux qui ont déjà mis en place Qualisol, QualiBois, et qualiPV ;-) … Bien entendu, les bureaux d’études et les architectes ne devront pas rester en marge, la formation au renouvelable et à l’efficacité énergétique va être au cœur de leur compétence.

 

C’est maintenant au Parlement Européen, puis au Conseil, de travailler et d’amender ce projet de Directive EnR. C’est une bonne base, pour que sous la présidence française de l’Union, ce texte fondateur de la politique énergétique européenne soit adopté. Le projet de Directive peut être téléchargé ici .

 

Il y a 50 ans, l’Europe se construisait sur le charbon et l’acier. Aujourd’hui, l’Europe va être portée par ce pacte autour de l’énergie verte et de la lutte contre l’effet de serre. C’est une véritable révolution énergétique qui nous allons vivre dans la décennie qui vient, une révolution sociétale qui donnera un nouveau visage politique et social à l’Europe.

 

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0