Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dimanche d’élections, il a fait gris sur Marseille. Au moins, les abstentionnistes n’auront pas l’excuse de la farniente sur le bord de mer, pour être restés loin des urnes. Ce midi, à mon bureau de votes, un timide 16,5 % de votants depuis le matin sur 1350 inscrits. On était loin de la ferveur de mai 07.

Les politicologues n’ont pas fini de disserter sur le divorce électorale, depuis l’élection présidentielle jusqu’à ces municipales. Entre le temps où l’appareil médiatique roulait pour Sarko 1er, rejetant dans l’ombre les parts obscures de sa personnalité, et ces derniers mois où elles ont éclaté au grand jour. Comme une mariée qui aurait rencontré le prince charmant qui se contenait pour ne pas laisser aller tous ses défauts infantiles, jusqu’au OUI contractuel. Les lendemains de la nuit de noce ont fait déchanter la mariée…  Les électeurs qui ont voté pour lui et qui sont les cocus du sarkosisme (ouvriers, employés, retraités modestes, …), croient ils encore suffisamment en la politique ? De la désacralisation à la dégradation de la fonction présidentielle, le PR va-t-il prendre un carton rouge comme chef du parti UMP ?

Si l’on critique (à raison) la gauche pour son absence de projet politique crédible, attendez de voir la droite se déchirer sur fond de défaite aux municipales. Rupture dans la rupture, les français vont se retrouver avec une opposition pas reconstruite et encore en chantier, et une majorité en voie de démembrement délabrement, sur fond de rancœur, d’appétit d’égos et de courants politiques divergents. En somme, un pays un peu plus difficilement gouvernable qu’avant la présidentielle …

Que les municipalités basculent au centre gauche ou au centre droit, cela n’a sans doute pas beaucoup d’importance en termes de gestion des affaires locales. Centre gauche/droit, les différences sont dans l’épaisseur du trait des programmes et des personnes… Mais c’est dans la recomposition de la cartographie politique globalo-locale, qu’il faudra lire et comprendre le signal politique envoyé à Sarkozy (PR et président de l’UMP). Si les villes virent au rose-orangé, et que le bleu reflux jusque dans les campagnes, ce sera la signe d’une incompréhension marquée entre le Pr et les français. Comme un divorce démocratique, après une historiette d’amour élective.

Supputation d’intentions de votes, patienter jusqu’au dépouillement, pour analyser les conséquences du 1er tour. 20h, les bureaux ont fermé sur Marseille. Je m’en vais suivre la soirée électorale...

@ plus tard


Mise à jour 21h :

 

Premiers sondages qui me viennent de France Inter. D’après les dernières tendances, les listes de Gaudin ressortiraient vainqueur au 1er tour à Marseille, avec plus de 44 % de voix, laissant celles de JN Guérini derrière à 35 %, et Bennahmias à un peu plus de 5 %. Quid du FN ?

Il ne s’agit que de tendances, mais le pari du président du CG 13 n’est pas gagné d’emblée. Gaudin n’est pas Juppé, mais semble tenir son rang de sortant. Poussée de la gauche sans tsunami au niveau national, prime au sortant à Marseille ?

@+ tard


Mise à jour 22h30 :

Les dernières estimations s'affinent, et le ballottage s'annonce très serré au niveau de la ville (attente des résultats secteur par secteur) : JC Gaudin, 41 %, JN Guerini, 39 %, Ravier (FN), 7,6 %, Bennahmias, 6,3 %.

@+ tard. 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0