Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A lire les réactions des internautes sur les articles qui font la promotion de l’énergie solaire, l’on constate que le solaire thermique est relativement bien accepté en France, mais que le photovoltaïque (PV) fait l’objet de maintes idées reçues. Grâce à la plateforme technologique européenne de l’industrie photovoltaïque, nous allons répondre ici à ces rumeurs qui sont véhiculées pour délégitimer une énergie pleine d’avenir. Les fiches avec graphiques disponibles en anglais sur le site EPvTP, ici.


Certains affirment que “ le bilan énergétique du PV est négatif. Un système consommerait plus d’énergie pour sa fabrication qu’il n’en produira sur toute sa durée de vie”

La vérité est qu’un système PV, comme tous les autres produits industriels, a besoin d’énergie pour sa fabrication. Mais il met de un à trois ans, selon le type de cellules et l’endroit où il est installé, pour rembourser cette “énergie grise”. Pendant les 30 ans de sa durée de vie, un système PV produira donc entre 10 et 30 fois l’énergie consommée au départ. Les avancées techniques attendues dans les prochaines années permettront de réduire ce “temps de retour énergétique“ à moins d’un an dans le Sud de l’Europe pour toutes les principales catégories de cellules. L’affirmation correcte est donc : “ le bilan énergétique du solaire PV est déjà très positif aujourd’hui et continuera à s’améliorer grâce aux progrès techniques futurs.”

 

Certains prétendent que “ le PV devrait rester dans les laboratoires de recherche, où travailler à une future rupture technologique”

La vérité est que la filière photovoltaïque progresse régulièrement grâce à la fois aux efforts de recherche en laboratoire et au retour d’expérience du marché. Les 25 dernières années ont démontré qu’il n’existe pas de rupture technologique soudaine venue de nulle part. Comme pour tous les secteurs, le développement technologique est un processus continu dans le temps. Les meilleurs résultats seront obtenus par une approche équilibrée entre le marché qui “tire” et la technologie qui “pousse”. L’interaction entre ces deux pôles produit la réaction nécessaire à l’optimisation du processus d’apprentissage de la filière.

L’affirmation correcte est donc : “ Le succès du développement du solaire PV repose sur un lien fort entre la R&D et les stratégies industrielles”

 

Certains affirment que “ Les coûts externes de l’électricité photovoltaïque sont nettement plus élevés que ceux des autres sources renouvelables”

Il est vrai que les systèmes PV, durant leur cycle de vie, produisent des émissions polluantes puisque des énergies fossiles sont utilisées pour leur fabrication. Les “coûts externes” correspondent à l’expression en termes monétaires des impacts sur la santé et sur l’environnement de ces émissions. Actuellement les coûts externes des installations PV sont évalués à 0,0015 par kWh en Europe du Sud, comparables à ceux de la filière éolienne et nettement moins élevés que ceux des énergies fossiles que le PV remplace. Les progrès techniques attendus dans les toutes prochaines années permettront de réduire encore l’impact de la filière PV.

L’affirmation correcte est donc : “ les coûts externes de l’électricité photovoltaïque sont du même ordre de grandeur que ceux des autres filières renouvelables et vont continuer à baisser avec les progrès techniques”

 

Certains affirment que “ le photovoltaïque n’atteindra jamais la compétitivité”

La vérité est que le photovoltaïque (PV) est une industrie tirée par la technologie. La courbe d’apprentissage économique du PV a enregistré depuis plus de vingt ans une baisse ininterrompue des coûts qui se prolongera dans le futur. D’un autre côté, le coût des énergies conventionnelles ne cesse d’augmenter pour diverses raisons. Par conséquent, les applications pour lesquelles le PV sera directement compétitif vont nécessairement se multiplier. Si la croissance actuelle du marché se poursuit, l’électricité photovoltaïque sera compétitive avec les prix de détail du réseau en Europe du Sud dès 2015, entre 5 et 10 ans plus tard en Europe Centrale et en Europe du Nord. L’internalisation probable des coûts externes des différentes technologies pourrait encore accélérer cette tendance.

L’affirmation correcte est donc : “ l’électricité photovoltaïque atteindra inéluctablement la compétitivité à moyen terme”

 

Certaines personnes affirment que “ le photovoltaïque ne peut pas s’intégrer aux réseaux électriques existants”

La vérité est qu’une puissance supérieure à 3 GW de photovoltaïque est déjà raccordée au réseau à travers l’Europe. Grâce à ce retour d’expérience, on sait sans risque de se tromper que le fonctionnement de cette technologie ne pose pas de problèmes aux réseaux électriques existants. Dans tout système électrique, la production et la consommation d’électricité doivent être équilibrées à tout moment. Les études montrent pour l’éolien une corrélation de 0,15 ce qui signifie que le vent peut garantir la fourniture de 15% de la demande. Un chiffre plutôt bas, mais pourtant le réseau Danois fonctionne déjà avec 32% de la puissance installée en éolien. Selon les mêmes études le facteur de corrélation du PV est de 0,21, autrement dit les périodes de production du PV sont mieux adaptées à la demande que celles de l’éolien. Un système PV a des pointes de production qui correspondent aux pointes journalières et annuelles de demande, par exemple lorsque l’air  conditionné fonctionne à plein à midi en été. Un système PV intégré sur le toit d’une maison permet de réduire la demande individuelle des habitants en journée et donc la demande globale d’électricité.

L’affirmation correcte est donc : “ le PV a un profil de production bien défini qui arase les pics de demande et est généralement complémentaire des autres sources, centralisées ou non.”

 

Vous avez peut-être entendu l’affirmation selon laquelle “ Le solaire photovoltaïque n’apporte rien à l’économie”

La vérité est que, en 2006, plus de 50 000 personnes à travers le monde ont trouvé un travail qualifié dans l’industrie photovoltaïque dont le chiffre d’affaires s’est élevé à près de 10 milliards d’Euros. Cette industrie de haute technologie à l’avenir très prometteur est d’ores et déjà en train créer de nouveaux emplois par milliers. Le solaire PV est l’une des industries qui augmentent le plus rapidement avec un taux de croissance moyen de 35% par an depuis 10 ans. En admettant une hypothèse prudente de croissance future à 25% par an, le PV aura dépassé l’industrie des semi-conducteurs en 2030 avec un chiffre d’affaires annuel de 175 milliards d’Euros. En effet, l’industrie photovoltaïque mondiale investit aujourd’hui lourdement dans de nouvelles capacités de production et la taille unitaire des usines est en train de passer de l’échelle des mégawatts à celle des gigawatts. Le solaire PV est reconnu par différents analystes réputés du monde des affaires comme l’un des secteurs les plus prometteurs.

L’affirmation correcte est donc : “ l’électricité solaire photovoltaïque est un secteur économique stratégique à très fort potentiel de croissance”.


 

MAJ : article publié sur Natura Vox :

Tag(s) : #Environnement

Partager cet article

Repost 0