Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans le cadre de sa programmation spéciale intitulée "Eye On France," CNN souhaite connaître l’avis que l’on a sur la France. Comme la France est un prisme à 60 millions de facettes, qu’internet est une terre de liberté, j’ajoute mon écho à ceux qui l’on pourra lire ici ou , et me prête au jeu des cinq questions.  

 

1) Pensez-vous que la France ait changé d'image? Comment définiriez-vous ce nouveau visage? S'agit-il pour vous d'un concept médiatique ou d'une réalité?

La France a bien entendu changé d’image, car son nouveau président raconte une nouvelle histoire. L’image projetée est différente, plus atlantiste, plus arrogante, plus people, plus bavarde et brouillonne, mais la réalité du pays n’a guère plus changé qu’avec la conjoncture, la société française reste la même. Souvent bloquée, elle se repli sur elle-même. L’image de la cour française a changé, mais cette cour n’est pas la France.

Malheureusement. Car la France est étouffée du poids des conservatismes, qui ne sont pas qu’à gauche, loin s’en faut. Un système politique qui peine à se renouveler, qui est verrouillé par le cumul des mandats, le bi-partisme, le manque de parité, la faiblesse d’une décentralisation réelle, ... Etouffé par un système administratif qui pèse sur l’initiative locale et la dynamique, système colbertiste qui favorise les grandes entreprises et n’aide pas les PME… Alors, le pays vit sur ses acquis à crédit, souvent incapable d’affronter ses problèmes autrement que dans l’illusion législative. Et pour l’image, dans l’illusion du tourbillonnant omniprésident, les lobbys s’affairent en coulisse.

Mais la France est aussi un millefeuille d’initiatives et d’énergie humaine locales. Un pays riche, de culture, d’infrastructures, d’histoire, de liens avec le monde… qui invente et fabrique une société en phase avec les enjeux du monde. Ces créatifs puisent dans l’esprit français, le métissent au gré des rencontres, pour forger des réponses qui bousculent les conservatismes (de gauche et de droite). Le souffle du Grenelle de l’Environnement, est un exemple (rare) que la société française toute entière peut s’ouvrir à de nouveaux concepts, prendre conscience de ses atouts et faiblesses, inventer des réponses porteuses d’immenses opportunités… Reste à traduire ce souffle en action politique réelle, le changement ne se paye pas que de mots.

 

2) Comment voyez-vous la France dans 10 ans? Pensez-vous que le pays jouera un rôle prépondérant sur la scène internationale ou qu'il sera amené à s'effacer?

Version optimiste, si nous arrivons à nous départir de notre arrogance pour intégrer et tirer profit d’une coopération européenne renforcée, élargie vers la méditerranée. Si nous prenons vraiment le chemin du développement durable avec les premiers pas du Grenelle de l’Environnement. Si nous arrivons à mettre fin au cumul des mandats pour renouveler le personnel et les pratiques politiques, Si,…, le pays aura imprimé les changements nécessaires pour dépasser les conservatismes stériles. La France pourrait avec humilité, porter un message universel. Ce serait une réelle rupture que d’avoir intégré le réel dans notre logiciel politique, d’avoir une nouvelle gouvernance qui autorise plus de liberté dans une société solidaire, ouverte au monde.

Version lucide, nous allons subir les chocs contemporains – prix de l’énergie, retraites, montée en puissance des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), changement climatique, … – d’autant plus durement que notre élite n’est pas préparée au changement et que la société vieillit. Notre place sur la scène internationale sera moins prépondérante, à mesure que la carte géopolitique globale va évoluer pour faire plus de place aux pays des BRIC et aux autres pays émergeants. Et si nous ne jouons pas collectif avec l’Europe, la France sera encore un peu moins audible. Elle sera à l’image de ce qu’elle est, un pays de puissance moyenne sur la scène mondiale, ce qui n’est déjà pas si mal, même si l’on pourrait souhaiter mieux. Notre degré de visibilité sur la scène mondiale dépendra également de nos créatifs, qui devront savoir apporter une french touch métissée à la globalisation qui aura progressée.

 

3) Pensez-vous que la culture française soit encore vivante et dynamique? Certains commentateurs ont souligné récemment la mort de la culture Française, cela est-il justifié?

La culture française n’est pas morte, 60 millions de français sont assez vivant pour le justifier ;-). Plus sérieusement, la culture française est le chemin d’une histoire que l’on n’a pas fini de tracer. Si elle est moins visible, pour ne pas dire morte, c’est peut être que la culture française est à l’image d’une France qui se repli sur elle-même. Elle a moins de messages universels à proposer au monde, elle est donc moins écoutée. Il n’y a pas de culture nationale pure, et le syndrome de l’identité nationale éloigne/interdit les rencontres fécondent avec les créatifs cosmopolites, ce qui appauvrit les créatifs français qui ne voyagent pas.

La culture est également un art de vivre, et en ce sens, la culture française n’est pas prête de passer l’arme à gauche, tant que nous saurons incarner un art de boire et de manger.

 

4) Quels sont à vos yeux les Français les plus influents?

Ceux de l’ombre ou de la lumière ? Du fait de notre système politique, le Président Sarkozy pour encore 4 ans, est le français qui a le plus d’influence. Du fait de la psychologie du président, Mme Bruni-Sarkozy a sans nul doute une influence importante sur le chef de l’état. M. Lagardère et M. Bouygues, sont avec leur empire économique et médiatique, doublé d’une accointance avec l’omniprésident, en bonne place d’influence. On peut aussi citer les patrons du CAC 40.

Ensuite, il y a la cohorte des conseillers, parlementaires, journalistes, patrons, syndicalistes, rentiers, … qui sont les acteurs du conservatisme qui sclérose la France, influents s’il en est, quand on voit comment l’on peine à s’adapter aux changements du monde et du temps.

Et puis, il y a aussi ces français qui dans l’ombre le plus souvent, travaillent à préparer l’avenir des générations futures. Reliés avec le monde et l’Europe, ces français plus ou moins anonymes, élaborent les métamorphoses dont la société a besoin pour répondre aux enjeux du 21ème siècle. Il y a le riche tissu associatif, tous les médias libres et coopératifs sur Internet, les blogueurs progressistes, les entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies, dans les produits et services à l’environnement, les chercheurs qui ne savent pas encore qu’ils pourront influencer l’avenir…  Les créatifs sont en voie d’influence dans une société vivante.

 

5) Que signifie pour vous être Français?

Être français, c’est pour moi être laïc et un lointain héritier des Lumières, des grecs et des hébreux, qui doit essayer de faire bien son métier d’homme. C’est avoir eu la chance de bénéficier d’une école publique gratuite et de qualité, qui m’a appris à apprendre. C’est avoir la chance de bénéficier, d’une culture, d’un environnement, d’un climat, d’infrastructures (transport, information, …), qui font de la France une terre particulière pour la qualité de vie. La chance d’être ancrée dans une collaboration européenne pour transmettre cette expérience française, et apprendre de celles des autres européens. La chance de porter une histoire vivante, qui nous relie à tous les continents.

 


MAJ : cette contribution a été retenue par CNN, et mise en ligne sur son site ce 3 juin 08

 

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0