Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que les médias dégorgent d’émotion suite à la libération d’Ingrid Betancourt, que toute l’actualité tourne en boucle sur cette joyeuse information, que l’omniprésident surfe sur cette vague d’émotion pour faire oublier le reste, il vient de donner un coup de boule au Grenelle et de faire un doigt d’honneur aux allemands, et par ricochet aux autrichiens, espagnols, italiens, ...  en pleine présidence française de l’UE. Nicolas Sarkozy a confirmé ce jeudi 3 juillet, lors d'un déplacement au Creusot chez Arcelor Mittal, la construction en France d'un deuxième réacteur nucléaire de troisième génération EPR, conçu par le groupe Areva. L’implantation et l’exploitant (Suez ?) devront être décidés "d'ici à 2009", avec une 1ère pierre avant 2012 si tout va bien.

 

Coup de boule au Grenelle, avec la même méthode autoritariste du passage en force qui fait son style. Comme pour la suppression de la publicité sur la télé publique  décidée en dépit de la concertation de façade avec  la commission Copé. Comme pour le coup de  force sur l'assouplissement des 35 heures,  contre la CGT et la CFDT qui faisaient revivre un dialogue social réformiste avec  le Medef…  Alors que le Grenelle de l’environnement nous avait intrigué, ouvrait de nouvelles fenêtres de possibles, …,  l’omniprésident a changé de registre, il piétine la feuille de route énergétique issue des débats du Grenelle. Elle prévoyait de mettre le paquet sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (comme la feuille de route européenne avec la directive des 3 fois 20 %). Sarkozy annonce qu’il met le paquet sur le nucléaire à J+2 de sa présidence européenne. Bravo l’artiste pour le symbole ;-(((

 

Avec "L'ère du pétrole bon marché, c'est fini. Le nucléaire est plus que jamais une industrie d'avenir et une énergie indispensable", comme l’a justifié M. Sarkozy, on est dans le récital classique de l’atom’cratie franchouillarde. Mais l’omniprésident, amnésique de ses responsabilités européennes, en a rajouté : "Imaginez ce que peut représenter pour un pays comme l'Allemagne d'avoir dû abandonner le nucléaire sur l'autel de la coalition avec les Verts !", s'est-il exclamé, pour mettre les rieurs de son côté. Sans prendre de gants, pour faire le malin, Sarkozy moque l’Allemagne qui par son choix pro énergie renouvelable, a su développer une industrie qui pèse des dizaines de milliers d’emplois, qui exportent ces technologies partout dans le monde au grand bénéfice de sa balance commerciale. L’Allemagne qui a pris un leadership mondial, soit plus d’une longueur d’avance sur la France, en matière de technologies environnementales, pays bienheureux qui n’a pas eu de Grenelle de l’esbroufe.

 

 

 

L’omniprésident, tout à coup lucide a cependant précisé qu'il n'était « pas question d'abandonner les énergies renouvelables sous prétexte qu’on met le paquet sur le nucléaire ». "Ce n'est pas le nucléaire ou les énergies renouvelables, mais le nucléaire et les énergies renouvelables ». Fromage et dessert en période de disette budgétaire, c’est louche ! Les énergies renouvelables seront sans doute financées par les caisses vides, tandis que la priorité budgétaire ira à l’atome. Car Sarkozy est contaminé par le schéma de l’atom’cratie. Il a de nouveau défendu sa politique qui consiste à proposer à tous les pays en développement la coopération de la France en matière de nucléaire civil: "le nucléaire peut être une arme de paix, car c'est une arme au service du développement", a-t-il dit. Tandis qu’il s’enferme dans cette doctrine, les allemands, les espagnols, les autrichiens, … et même les italiens, vont exporter à plein des technologies EnR … Va falloir que j’en parle à Carla ;-)

 

Cette déclaration pour la construction d’un 2nd EPR, alors que rien n’y pousse dans l’agenda, est un doigt d’honneur aux allemands, aux autrichiens, aux espagnols, … dont les gouvernements ont réaffirmé leur choix de sortie du nucléaire civile. Alors que doit se négocier (et se conclure) sous présidence française de l’UE la Directive européenne des 3 * 20 % qui impose à la France une part de 23 % d’énergie renouvelable, Sarkozy est la marionnette du lobby atomique. Il fait l’arrogant et braque nos voisins et compatriotes européens. Ce jeu politique n’est pas seulement stupide, il remet en cause la crédibilité de la France à avancer dans le sens des priorités communes : une Europe sobre en énergie qui carbure aux énergies renouvelables. Le paquet « énergie et climat » de la présidence française de l’Union a de l’atome dans l’aile !

 

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :