Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Yes we can, change we need ;-) Welcome Obama

Je ne crois pas en l’homme providentiel, mais que l’élection de Barack Obama fait du bien au cœur, raffermit l’idée d’un futur progressiste enfin possible. Oui, nous pouvons changer, nous le devons, pour écrire une nouvelle grammaire politique qui ouvre une nouvelle page du 21ème siècle, en phase avec les enjeux de l’époque. Obama était le candidat d’une grande partie de la planète, qui demandait à tourner une page de dérives américaines. Merci, chers américains de vous être mobilisés en masse comme jamais depuis un siècle, pour voter pour le camp du progrès, pour donner votre voix, pour peser démocratiquement sur les affaires des USA et du reste de la planète. Vous avez changé le cours d’un probable chaos, la voie d’une réforme globale est possible, enfin. Welcome Obama.

Environnement, lutte contre le changement climatique, révolution énergétique, … ce rendez-vous du siècle ne pouvait s’organiser sans les américains. Heureux soit le programme d’Obama qui prévoit un Energetik green new deal, une politique d’indépendance énergétique basée sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Engager 150 milliards de dollars sur 10 ans pour la révolution énergétique verte, c’est la réponse sage et pragmatique au désengagement de l’Irak, 1ère guerre énergétique du siècle. C’est la réponse en phase avec les efforts de l’Europe et ses 3 fois 20%. C’est commencer à assumer notre responsabilité dans le changement climatique, une affaire qui nous occupera longtemps.

Les USA reviennent dans le concert des nations avec Obama, le rêve redevient possible. Europe, USA, Japon, Brésil, Russie, Inde, Chine, … et tous les autres pays, nous devons ensemble apporter des réponses globales à des problèmes globaux. L’élection d’Obama rend possible l’émergence d’un « faire ensemble », pour inventer un global social and green new deal, matrice du nouveau système économique pour la mondialisation. L’année 2009 devrait reprogrammer le logiciel de la mondialisation sur fond de récession mondiale, les pays occidentaux frappés de plein fouet. L’arrivée d’Obama sur la scène politique mondiale ouvre une nouvelle ère, pour bâtir des ponds de possibles entre les peuples. Yes we can !

 

Barack Obama, 1er président noir des USA, 44ème en poste de la 1ère puissance mondiale. Preuve qu’un nègre n’est pas destiné à être sportif ou musicien pour réussir socialement en occident. Il peut être un homme politique d’une aura planétaire. Cela renvoie nos partis politiques français à leur archaïsme,  si peu ouverts à la diversité, de couleurs, d’origines sociales, d’âges et même de genres. Le symbole arrivera-t-il à vaincre la réalité ? Obama, et après ? Impressionnant ce raz-de marée mondial obamaniaque...  

 

Les socialistes français toujours décevants

L’élection américaine a tenu le monde en haleine, que la nuit du 4 novembre aura été longue et belle à l’aube… Mais il est une autre élection, bien plus modeste, qui s’est déroulée cette semaine. Le vote des militants socialistes français pour leur gouvernance interne. Ha, ça fait moins rêver qu’Obama, mais ça a quelque importance quand une opposition délabrée et déliquescente laisse faire notre omniprésident, incapable d’être un contre pouvoir crédible. Incapable d’incarner un leadership, le PS est enfermé dans le magasin des souvenirs entretenus par des apparatchiks guerroyant pour leur courant. Un vaste champ de batailles égotiques, un piètre constat indigne d’une démocratie moderne.

Donc, les socialistes votaient sur des motions, feuilles de route en compétition où les « clans » se sont comptés. Petite cuisine électorale pour préparer une hypothétique rénovation à Reims. Une cristallisation du rapport des forces en présence, où Delanoë et l’appareil du parti sont les grands perdants. Les jospinistes orphelins depuis 2002 ont pris un bouillon, un de plus … Ségolène Royal sort en tête (29 %), une très courte avance devant Martine Aubry et Bertrand Delanoë (25 % chacun),  et Benoît Hamon (19 %). Aucune majorité ne ressort de cette élection. La photo de la synthèse impossible, montre une aile gauche proche de Besancenot et une aile modérée pas très éloignée du Modem, avec une pyurie des ambitions individuelles qui baigne le tout. Le PS n’a pas fini de me désespérer …

 

L’énergie, toujours dans l’actualité

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a publié ce jeudi 6 novembre son rapport annuel « World Energy Outlook 2008 ». Cette vénérable institution, plutôt conservatrice, sonne le tocsin. Il y a péril pour l’énergie du monde !!! Entre raréfaction des ressources fossiles et changement climatique, une révolution énergétique est nécessaire, et il y a urgence. Rien moins ;-)

« L'ère du pétrole bon marché est révolue » souligne l’AIE, qui liquide la fausse rassurance de ceux qui rêvaient d’être revenus au monde d’avant, avec un baril qui a reflué à 57 $ cette semaine après la fièvre estivale à 150 $ en juillet. Ce n’est qu’une pause, l’ascension des prix va reprendre à plus ou moins court terme pour retrouver les 100 $ le baril jusqu’en 2015 selon l’AIE. Les tendances à moyen terme sont révisées à 200 $ pour 2030, un ajustement majeur pour des experts qui pronostiquaient en 2007 un baril à 108 $ pour 2030. Pour une raison simple : le déclin des gisements de pétrole s'accélère partout dans le monde, et l'essentiel du brut facile à extraire et en grande quantité se trouve au Moyen-Orient.

 

 

Interdire le chauffage des terrasses des cafés et restaurants

A quoi servent des députés verts ? A mener le combat contre l’absurdité d’une époque, où l’on chauffe les rues alors que l’on voudrait par ailleurs lutter contre l’effet de serre. Effet secondaire de l’interdiction de fumer dans les lieux publics depuis janvier 2008, les braséros ont fleuri partout aux terrasses des cafés et des restaurants. Cette façon de «chauffer la rue est symbolique d’un gaspillage occidental bête», souligne notre trio parlementaire vert dans Libération. Ils veulent donc y mettre fin.

Pensez un seul radiateur à gaz, ce sont 3kg de CO2 à l’heure, soit d’une ½ à 1 tonne de CO2 par mois selon les horaires d’ouverture de l’établissement. Une fuite énorme par temps de Grenelle de l’environnement. Alors, M. Cochet et ses collègues Martine Billard et Noël Mamère ont déposé une proposition de loi avec un article unique, qui vise l’interdiction pour les maires d’autoriser les terrasses qui sont chauffées, quand elles ne sont pas aux normes énergétiques adéquat. Fumeur invétéré, je soutiens cette proposition de loi. N’ajoutons pas plus longtemps de la responsabilité climatique à notre addiction cancérigène.

 

Tag(s) : #chronique de la semaine

Partager cet article

Repost 0