Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On pouvait lire dans le Libération du 28 avril, que le prix d'une tonne de dioxyde de carbone (CO2), responsable du réchauffement climatique, a subitement baissé de plus de 35 % sur Powernext Carbon, la Bourse européenne des «droits à polluer». Le prix des certificats d'émission de CO2 est passé à 15,70 € la tonne, contre 24,30 € en début de séance.

 

Les faits : six pays dont la France, la République tchèque, et l'Espagne ­ont annoncé hier un bilan d’émissions de CO2 inférieures aux PNAQ (Plans nationaux d'allocations de quotas) , mis en place depuis début 2005 et validés par la Commission européenne. Les PNAQ concernent essentiellement l’industrie, et surtout pas le transport et le bâtiment responsables des 2/3 des émissions. La France est en deçà de 11,6 % par rapport à son PNAQ.

 

On touche là une limite du système libéral mis en place pour la gestion de la pollution. Car ne nos leurrons pas, il n’y a pas eu un subit revirement écolo des entreprises françaises, tout juste un peu de rationalisation avec l’augmentation de la facture énergétique. Le tout dans une activité économique atone, donc moins consommatrice d'énergie, et finalement moins polluante.

 

Le problème vient que les allocations d’émissions ont été particulièrement généreuses, et qu’elles ne concernent qu’une partie de l’activité du continent. Pour ce marché en phase de structuration, c’est une crise. Pour la réalité de notre empreinte écologique, nous continuons d’augmenter l’effet de serre, rassurez vous !!! Le réchauffement climatique n’est pas soluble dans le cours de Powernext Carbon…

 


Voilà pour les mauvaises nouvelles. Sinon, du côté de l’énergie solaire électrique, ça va enfin bouger en France. Fini l’isolationnisme hexagonale pour le photovoltaïque connecté au réseau, la France devrait adopter prochainement des tarifs d'achat proches de ceux pratiqués en Allemagne, en Italie et en Espagne (entre 30 et 55 centimes d’euros / kWh). Partant d’un tarif moribond (- de 15 Ctmes/kWh), les choses vont changer radicalement pour développer une économie solaire. Les premières simulations donnent des TRI (taux de retour sur investissement) supérieurs à 10 %. Rendez vous en juin après l’officialisation pour concrétiser en projets, c'est-à-dire en millions d’euros d’investissement et en centaines d’emplois, cette mesure bienvenue tellement attendue. Ça ne va pas changer beaucoup de chose pour le cours de Powernext Carbon, mais c’est une très bonne nouvelle pour attirer d’autres intérêts dans le lobbying solaire. 

 

 

 

 

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0