Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En décalage, soustraction volontaire du « mondiofootballvision », vibration minimum pour le ballon rond. Je dois faire partie de cette minorité de français, incapable de nommer plus de la moitié de l’équipe de France ou qui n’a vu aucun des matchs des Bleus et des autres. Bien sûr, je reçois en échos, des commentaires, des scores,…  Comment y échapper quand toute la planète médiatique et numérique est rivée à l’heure du Mondial ?

 

Oui, je reconnais à ce sport quelques vertus, une certaine beauté dans l’esthétique de l’action collective, je me réjouis même que les Bleus aient gagné contre le Brésil…

 

Mais il y a quelque chose de social qui m’échappe dans cet engouement et la ferveur qu’il engendre. La magie du football n’a jamais eu beaucoup de prise sur moi, autant que je m’en souvienne, et aujourd’hui j’ai l’impression de devoir lutter contre son côté intrusif. Au-delà des relents nationalistes que la compétition met en scène, je m’interroge sur cet évènement sportif et sa couverture médiatique.

 

N’est-il pas devenu une grande manipulation mentale collective, avec des images en boucles et la convergence de tous les supports d’information sur un même sujet central ? Pas un seul média généraliste qui ne soit épargné, jusqu’au téléphone portable bombardé de sms publicitaires, même la politique devient l’occasion de métaphores footballistiques.  Comment mesurer la pression induite sur l’organisation sociale ? Le supporteur l’était il dans l’âme, ou l’est il devenu par mimétisme ?… le Mondial 2006 est une grande (et presque obligatoire) récréation avant les vacances d’été.

 

 

 

 

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :