Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C’est ce qui s’appelle avoir le sens de la communication. Alors que Serge Poignant rendait son rapport parlementaire sur le photovoltaïque il y a tout juste une semaine, EDF Energies Nouvelles (EDF EN), vient d’annoncer ce jour la décision de construire une usine de panneaux solaires photovoltaïques en France.


Alors que le député exhortait les énergéticiens français à s’investir dans l’industrie solaire, EDF EN - filiale à 50% d'EDF associée avec Pâris Mouratoglou - a signé avec l'américain First Solar pour investir 90 millions d'€ dans un outil industriel pour produire 100 MW/an en France. A plein régime, vers fin 2011, cette nouvelle usine devrait employer  au moins 300 personnes, selon les initiateurs du projet.


First Solar construira et exploitera l'usine, tandis qu’EDF EN sera l’unique client pendant 10 ans. Les deux groupes partageront les dépenses d'investissement et les coûts de démarrage. Le site choisi pour la construction de cette usine sera annoncé dans les prochains mois. Toutefois, il y a fort à parier que ce sera à Saint-Auban. JL Borloo milite discrètement pour ce site dans les Alpes-de-Haute-Provence, où le projet d’usine de silicium est fortement mis à mal. En effet, la société Silpro (Silicium de Provence), dans laquelle EDF EN est aussi impliqué, a été mise en redressement judiciaire. Ce serait donc l’occasion d’une reconversion de la reconversion de l’ancien site chimique de Total, avec une histoire solaire qui continuerait sur le site malgré l’embuche de Silpro. A suivre, mais je prends les paris pour Saint Auban ;-)


L’objectif d’EDF EN avec cette usine, est de sécuriser son approvisionnement "à un prix compétitif" pour approvisionner ses projets de fermes solaires, tout en jouant gagnant-gagnant avec l’Etat. EDF EN disposait de 71 MW de capacité photovoltaïque en exploitation ou en construction au 30 juin en France (144 MW dans le monde). Il vise détenir et exploiter un parc de centrales solaires de 500 MW fin 2012.


Les dirigeants des deux groupes, Pâris Mouratoglou pour EDF EN, et Mike Ahearn pour First Solar, ont signé avec la bénédiction de l’Etat représenté par JL Borloo, l’accord officialisant ce projet. Mike Ahearn était entousiaste : "le cadre créé pour l'énergie solaire en France est tout simplement excellent", a-t-il déclaré.



Cette nouvelle implantation industrielle, symbole de l’économie verte, permet de justifier la politique française en matière de soutien par le tarif d’achat, y compris pour les centrales solaires. Ne nous y trompons pas, même si EDF EN est une boîte privée, elle est l’outil de notre électricien historique dans l’énergie solaire. Cet investissement industriel confirme que la politique française va être durable dans le domaine. C’est un mécano très colbertiste qui donne ses premiers fruits ;-) Toutefois, la France reste cependant très en retard sur ses voisins européens. Si à l’issue du Grenelle de l'Environnement, l’on vise 5 400 MW de puissance photovoltaïque installée à l'horizon 2020. L’Allemagne comptait fin 2008, un parc de 5 300 MW et l’Espagne 3 300 MW.

 


Enfin, notons que la technologie retenue pour cette produire ces panneaux solaires, est celle du tellurure de cadmium (CdTe), L’entreprise américaine First Solar se trouve en quasi monopolesur la filière CdTe, avec une production de 500 MW en 2008. Cette voie technologique, qui affiche un rendement de l’ordre de 10 %, a des coûts qui s’avèrent aujourd’hui parmi les plus compétitifs. Il faudra toutefois appréhender cette technologie sur le moyen/long terme. Contrairement au silicium, le tellurure apparaît comme un composant rare, moins répandu que des métaux précieux comme le platine. Il est peu probable que la production dépasse 1000 MW par an. De plus, pour des raisons de sécurité, le CdTe ne figure pas sur le marché du photovoltaïque à destination des particuliers. Il est plus employé par les fermes solaires, surveillées et préservées des risques d’incendie

 

Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0