Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si l’omniprésident s’est mis à lire des classiques sous l’influence de Carla, il faudrait d’urgence qu’il aborde Montesquieu qui a posé le principe de séparation des pouvoirs. Si l’axiome d’une bonne gouvernance vient de la pondération entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire, l’on constate que la gouvernance omniprésidentielle bafoue l’héritage de Montesquieu. La liquidation de la pensée des Lumières n’était pourtant pas dans son programme en 2007 ! C’est une dérive de plus en plus inacceptable.


Cette semaine en direct de New York, devant deux journalistes de paille et des millions de français, Sarkozy a modifié substantiellement le concept de justice tel qu’on le pratique dans les démocraties. Désignant les prévenus du procès Clearstream comme « coupables » avant qu’il ne soient jugés, il s’est essuyé en direct les pieds sur la présomption d’innocence. Une transgression si choquante pour un homme devant incarner les institutions dont il est le gardien, que ça gronde dans sa majorité.  

 

Sur sa lancée, toujours à New York, il a revêtu le costume de patron de France Télévision pour passer un savon à Arlette Chabot, pourtant loin d’être une passionaria de l’indépendance des médias. La directrice de l’information de France 2 a été douchée par la colère omniprésidentielle, foudre contre le manque de place fait à l’UMP. L’omniprésident qui squatte l’espace médiatique depuis son élection, trouve que l’on ne voit plus assez ses amis et sbires, depuis que son temps de parole politicienne est comptabilisé avec celui de l’UMP. Que depuis début septembre 09, l’opposition ait retrouvé un  temps de parole médiatique, ça le met dans tous ces états. L’équilibre médiatique, que Montesquieu n’avait pas abordé, est pourtant nécessaire pour une saine démocratie monsieur le président.


Pour finir, c’est son pantin déprimé 1er ministre qui a expliqué aux journées parlementaires de l’UMP, qu’en aucun cas les députés et sénateurs de la majorité ne sauraient se poser en contre-pouvoir vis-à-vis du gouvernement. N’en déplaise à JF Copé, le concept d’hyper-parlement pour border la politique de l’hyper-président ne doit pas faire obstacle aux réformes voulues par l’omniprésident. Fillon est venu faire la leçon aux parlementaires UMP : une seule tête et tous derrière, il faut une armée de godillots solidaires pour traverser les temps difficiles. Les critiques doivent être mises dans la poche sous le mouchoir, pour ne pas gêner la volonté du président.



Avait-on informé qu’à mi-mandat de NS, la France changerait de régime ? Qu’avec l’automne naissant dans un agréable été indien, elle basculerait dans une totale autocratie ? Que le concept de monarchie républicaine déborderait du cadre de notre constitution ? Sarkozy « néo leader maximo », c’est un nouveau degré « d’ouverture » ;-). Rappelons que « leader maximo » vient de Cuba où les anticastristes considèrent Castro comme un dictateur qui a le maximum de pouvoir. « Sarko néo leader maximo » est bien adapté au changement de régime clandestin qui s’opère sous son quinquennat. Cette semaine politique en témoigne.

 


Question : comment notre Sarko néo leader maximo va-t-il gérer sa présence sur les Créateurs du possible.com ? Comment modérer une communauté de français, chaque jour plus nombreux, qui pensent que 5 ans d’un créateur d’impossible c’est trop. Trop dure pour nos institutions résilientes, qui peinent à contenir l’inextinguible désir autocratique de Nicolas Sarkozy.

Tag(s) : #Les Créateurs du possible 2012

Partager cet article

Repost 0