Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A la base de ce billet, une simple publicité reçue via un courriel. D’habitude, je jette les spams à la corbeille mais cette fois, l’on me proposait d’investir dans une part de centrale solaire. Alors forcément, j’ai lu avec attention cet appel à l’épargne pour investir dans un morceau de centrale photovoltaïque :

 


« Devenez propriétaire d’une parcelle solaire de 13 m²* et gagnez 1 414 € /an**net d’impôts »
*Prix parcelle: 17 677 € HT (Prix TTC : 21 142 €, remboursement TVA de 3 465 € au plus tard 9 mois après signature du contrat)
**Des revenus versés tous les trimestres et revalorisés à 1,5 % / an

 


C’est l’offre solaire que propose Arcoris Patrimoine. Très curieux de cette offre à la fois alléchante et suspecte, j’ai pris immédiatement attache via courriel avec la société. Jérôme Rallo, conseiller d’Arcoris Patrimoine, m’a très rapidement proposé de me contacter par téléphone, m’indiquant un numéro de portable pour aller plus vite.


Compte tenu du montant de l'investissement, j’ai demandé à recevoir un dossier d'information avant un entretien téléphonique. Insistant sur le fait que faisant appel à l’épargne publique, un dossier d'information à proposer aux investisseurs potentiels était du par la réglementation. J’en profitais pour exprimer quelques doutes sur l’offre solaire d’Arcoris Patrimoine. Par quelle magie financière et fiscale, un placement dans un peu plus d'1 kW (équivalent à 13 m²) qui coûte normalement 4 à 5 000 € installé,/kW peut-il être proposé à plus 21 000 euros  (17,6 k€ HT) à l'investisseur ? Ce kW produisant environ  1200 kWh, avec un kWh vendu 60 Ctms€, la vente d’électricité atteindrait entre 8/900 €/an, très loin du revenu annuel proposé de 1400 € après optimisation fiscale.

 

MAJ 09/10/04 - 22h30 : Avec un puissance surfacique de 130 W/m², l'on a 1,7 kW pour 13 m². Un investissement d'environ 8 k€ (4+1 €/Wc), générant un revenu brut de 1200 € pour la vente d'électricité (1200 kWh/kW) moins les charges d'exploitation. Nous sommes donc dans un facteur 2.



Silence radio pendant une semaine, ma demande avait du jeter le trouble. Il a fallu deux relances, indiquant qu’en l’absence de réponse, je solliciterai la répression des fraudes et les services du ministère des Finances concernés, pour qu’enfin, je reçoive quelques informations sur l’offre.


En fait, une plaquette de l’offre  du groupe CPC Solabios. Notre conseiller d’Arcoris Patrimoine, Jérôme Rallo m’ayant explicitement demandé de ne plus correspondre avec lui, je lui dédie ce billet. Mais revenons à l’offre de Solabios, société quottée en bourse sur Euronext Paris (Code ISIN : FR 0010757377 Mnémonique : ML SOA).
 

L’offre d’investissement solaire de Solabios, c’est proposer entre 3 et 4  2 fois le prix réel d’une parcelle de centrale solaire intégrée au bâti, pour faire de l’optimisation fiscale et servir un revenu 2 fois supérieur à la vente d’électricité solaire. Une ingénierie financière complexe, sans doute légale, mais qui semble une escroquerie à l’éthique du secteur solaire. Cela charge le coût global du développement du secteur de façon indue,  


Ce type de montage financier, coûte aux finances publiques bien plus que le surcoût d’achat d’électricité solaire. En gonflant l’assiette de défiscalisation de façon purement artificielle, Solabios optimise la mécanique financière et peut financer 4 2 kW quand un pigeon investi dans 1 kW. Ça s’appelle un super effet levier ! Gageons que ce type de montage attirera la curiosité de fins limiers à Bercy. Nos inspecteurs des finances sont d’une curiosité maligne par temps de vaches maigres ;-) … 


 

Je n’aurais sans doute pas fait de billet sur l’offre solaire de CPC Solabios par Arcoris Patrimoine, qui me semble une arnaque à l’éthique, si la plaquette de Solabios n’indiquait pas « un investissement 100 % éthique ». C’est la goutte qui a fait déborder la bouteille à encre. « L’arnaque fiscale » de Solabios qui lèse les finances publiques en proposant une offre à 2fois son prix pour jouer de l’optimisation fiscale, m’est devenue insupportable ! Ce "100 % éthique" ne passait pas...


Le secteur du solaire n’a pas traversé le désert français pendant 20 ans pour engraisser des financiers en manque d’éthique. Aussi, j’’invite les investisseurs actuels et futurs de Solabios, à méditer sur le besoin du secteur solaire en finances saines, et non d’une économie casino de la défiscalisation !


L’autre motivation de ce billet, c’est la publicité que reçoit l’offre de Solabios. Le PDG fondateur de Solabios, Fréderic Errera, met en avant une interview vidéo de France 2, ou encore un article du Monde, comme passeport de probité sur les sites internet de Solabios et du Groupe CPC. Cela méritait bien un billet pour éclairer journalistes financiers, investisseurs et prospects de Solabios. La magie de Google fera le reste ;-)

 

Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0