Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De passage par Bruxelles cette semaine, j’en ai profité pour participer à une réunion du Forum Européen de l’Energie au Parlement Européen. Réunis autour d’un dîner au restaurant des eurodéputés à propos de l’implémentation de la Directive sur les Energies Renouvelables. Commentaires des échanges après l’intervention de Zervos Arthouros, président de l’Erec.

 

Prise de conscience du manque de maturité « politique » du secteur EnR, alors que les eurodéputés sont travaillés au corps depuis des années par les lobbys du fossile et du fissile. Une nouvelle page de l’énergie en Europe est pourtant ouverte depuis l’adoption de la Directive EnR des 20 % 2020. Mais les eurodéputés qui s’expriment à ce Forum sont encore dans l’ancienne matrice, comme si la Directive n’engageait pas vraiment les Etats Membres, malgré des objectifs contraignants.

Des eurodéputés sceptiques sur les énergies renouvelables, pour certains ouvertement pro-nucléaire, pro séquestration de carbone, fans de l’oxymore du « charbon propre »… Prêcheurs du génie technologique humain, ils sont les relais des grandes compagnies d’énergie. D’autres eurodéputés veulent défendre les paysages contre les nouveaux moulins à vent qui moissonnent les subventions…

L’impression que les mêmes débats se répètent, que l’on peine à avancer dans le début de la nouvelle ère énergétique, que les conservatismes sont lourds, puissants à forte inertie.

Les eurodéputés pro-renouvelables manquaient singulièrement pour nourrir le débat, ce qui donnait une impression ambigüe. Les eurodéputés présents et actifs pour trouver de fausses bonnes raisons de ne pas développer les EnR, ne semblaient pas avoir conscience que l’Union européenne s’est dotée d’une politique énergétique commune. Une nouvelle politique non pas basée sur la coopération pour acheter du gaz, pas pour développer l’énergie nucléaire non plus.  L’Europe s’est dotée d’une politique énergétique commune verte, basée sur le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Des trucs d’écolos, soit, mais finalement la seule dorsale d’une politique commune à l’échelle de l’Europe, dans le domaine stratégique de l’énergie normalement dévolu aux Etats membres. Oui, l’Europe a une politique énergétique, et elle est verte ;-).

Aussi, il est temps que la classe politique mette à jour son logiciel pour intégrer la Directive EnR. C’est un changement fondamental. Le domaine réservé de la politique énergétique n’est plus seulement national, il est devenu européen. Les eurodéputés et parlementaires nationaux sont priés d’en prendre conscience, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre.

Il ne s’agit pas seulement que chaque Etat Membre remplisse les cases de sa feuille de route nationale sur les énergies renouvelables (National Renewable energy Actions Plans / RenAPs) à remettre à la Commission Européenne d’ici la fin juin 2010. Il s’agit que chaque Etat Membre se mette en ordre de marche pour changer d’ère énergétique. Pour une fois, avec l’exercice du Grenelle de l’Environnement, la France est en « avance ». Sa feuille de route est globalement écrite. Reste à la mettre en œuvre et qu’elle ne soit pas dénaturée avec la loi Grenelle 2…

 

Prendre conscience que cette nouvelle ère est une opportunité vertueuse. Ma proposition : que des Etats membres – Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Hollande, … - décident de formaliser une plateforme de collaboration EnR. L’harmonisation législative et une politique industrielle convergente, seraient dans les priorités du  programme de ce noyau dur d’Etats volontaires.

Nous devons pouvoir réussir dans le domaine des énergies renouvelables, ce que nous avons su réussir avec l’Airbus, sauf qu’ici, le succès sera plus diffus. Nous devons engager une collaboration intergouvernementale active, pour bâtir un succès mondial. Une collaboration en open source, ouverte aux autres Etats Membres qui rejoindront le noyau dur des volontaires initiaux. Ouverte vers les pays du sud, pour donner du corps, du cœur et des moyens, au Plan Solaire Méditerranéen… A quand les énergies renouvelables dans l’agenda de collaboration intergouvernementale franco-allemand ?

 

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0