Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les collectivités sont sans aucun doute, le niveau d’impulsion le plus pertinent pour introduire le développement durable dans l’acte de construire et d’habiter. Avec ou sans ce fameux super vice 1ier ministre du Pacte écologique, il faut intervenir là où c’est nécessaire : le niveau local.

 

Un rapport du Sénat « Energies renouvelables et développement local : l'intelligence territoriale en action », de MM. Claude BELOT et Jean-Marc JUILHARD diagnostique la situation énergétique et climatique, analyse le besoin et le confronte aux solutions qu’apportent les énergies renouvelables thermiques, portées par l’intelligence territoriale. Les collectivités sont de formidables territoires d’expérimentation où peut s’épanouir le potentiel de révolution/réforme énergétique (emplois, innovations, valorisation des ressources locales, lutte contre l’effet de serre, …), inéluctable à moyen terme.

 

Les pionniers d’aujourd’hui sont les leaders de demain. Si la lutte contre le changement climatique est un horizon indépassable, autant commencer aujourd’hui. Outre que c’est le seul chemin possible, cela permet de toucher les dividendes de l’innovation et de préempter une part relative de leadership.

 

Pour le moment, les collectivités françaises sont encore très timides en la matière. Si la prise de conscience des décideurs locaux a été lente et n’est pas totalement achevée, elle manque encore d’être déclinée dans des politiques locales ambitieuses et pragmatiques, de se cristalliser dans des projets concrets. Bien entendu, Lyon, Grenoble, Narbonne, … et quelques autres vertueux, ont engagé un projet de quartier « développement durable » et mènent une politique locale énergétique. Aubagne, Cannes, Illkirch, La Rochelle, Montreuil, Perpignan, … développent et généralisent opportunément les énergies renouvelables.

Mais enfin, il y a 36 000 communes en France, et quelques mains suffisent pour compter les initiatives des maires français !!! Nos élus locaux n’ont pas encore pris la mesure des enjeux et leurs responsabilités, alors que la loi leur permet de faire beaucoup (détail du possible dans le CHAPITRE II - Dispositions relatives aux collectivités territoriales -  Loi sur l’énergie du 13 juillet 2005).

 

L’échéance municipale va venir vite, 2008 c’est demain. Ecrivez à votre maire pour lui demander ce qu’il a fait jusqu’à présent, et ce qu’il propose comme politique en la matière, s’il était réélu. Expliquer que votre requête est qu’il agisse pour lutter contre le changement climatique, qu’il arrête de construire des bâtiments énergétivores, pour préférer l’exemplarité de la sobriété énergétique. Dîtes lui que la Loi lui permet, et le changement climatique lui commande, d’être volontariste (exemplarité publique, règles d’urbanisme, plan locaux de maîtrise de l’énergie et de diffusion des EnR dans l’existant, …).

 

L’appétence d’écologie qu’a réveillé Nicolas Hulot chez les français doit réussir, au-delà de l’élection Présidentielle, à s’incarner dans une décentralisation citoyenne concrète. Penser globalement, agir localement, écrire à son maire pour lui demander beaucoup plus d’intelligence territoriale énergétique.

 

Tag(s) : #Marseille 2008 et au delà

Partager cet article

Repost 0