Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A regarder l’actualité avec dépit plus souvent qu’à l’accoutumée ces derniers temps, je manque souvent de courage pour la commenter et/ou l’analyser sur le blog. Ajouter mes mots aux torrents de mots des autres, je le fais avec parcimonie…  Est-ce le blues du social-démocrate-écolo, lassé/déçu/fâché du nouveau gouvernement socialo-vert et du président Hollande ? Sans doute, je retiens les coups beaucoup plus qu’avec celui de Sarkozy. Taper sur le gouvernement PS-EELV, c’est un peu donner des points à l’UMP, hypothéquer les échéances municipales de 2014, commencer à affaiblir son camp pour les Régionales de 2015…


Oui, mais le silence ronge aussi la démocratie. Ce qui m’a donné envie d’écrire ce billet, c’est l’interview sur Rue 89 de Jean-Michel De Waele, doyen de la faculté des sciences sociales et politiques de l’Université libre de Bruxelles. Son regard critique décalé et non partisan (neutralité belge), m’a fait un bien fou, libéré du clavier… Pour JM de Waele, il n’est  inscrire au bilan des six premiers mois de Hollande que la déception. Le nouveau président dilue le temps avec des rapports et des commissions pour accoucher au final à un filet d’eau tiède comme ligne politique et de communication présidentielle. Le gouvernement de Ayrault godille sans véritable nouveau logiciel politique, la com des égos ministériels laisse l’administration reproduire les mêmes recettes éculées, tandis que l’espace médiatique rebondis sur les petites phrases des uns et des couacs des autres…  

 

Hollande essaye de passer entre les gouttes, sans cap ni vision sur certains sujets comme l’Europe ou la place de l’Etat impécunieux soumis à l’austérité, a décentralisation, la place des entreprises, la priorité réelle au PME, l’économie sociale et solidaire, sont autant de thèmes qui restent flous et improbables… Au final, l’impression de ne pas savoir où va le bateau France conduit par le nouveau capitaine !

 

 

Sur l’énergie et l’environnement, thèmes qui me sont chers où le cap semblait clair, je constate que l’on  tergiverse, que l’on rétropédale, qu’on dilate le temps… Bref, le gouvernement hypothèque sérieusement la mise en place d’une véritable politique de transition énergétique avant la fin du mandat. La transition énergétique et écologique n’est pas portée comme une opportunité mais comme une contrainte que d’aucuns (beaucoup d’intérêts variés) voudraient retarder, s’ils ne peuvent la faire avorter sur le moyen/long terme… Plutôt qu’une dynamique qui aurait dû se mettre en œuvre depuis les six derniers mois, l’on assiste à quelque chose qui se verrouille et qui se sclérose. Le gouvernement douche jour après jours la confiance dans la réforme en décourageant les acteurs du changement

 

 

Et donc, quelles leçons de ces 6 mois ? Peu de réformes mises en œuvre, du cafouillage  dans celles initiées, une perte de confiance, une absence de cap sur beaucoup trop de sujets et l’austérité comme seul horizon… Bref, au global ça continue comme avant mais avec un président moins hystérique et un soupçon de justice sociale dans le matraquage fiscal.

 

Je ne sais si je suis un social-démocrate-écolo aigri par ces six premier mois, mais j’ai peur que la peste brune ne profite de cette situation de délitement sociale et politique d’ici 2017…

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0