Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La séquence des présidentielles à peine bouclée, les médias nous vendent et détaillent le programme de NS, s’interrogent sur le futur 1er Ministre, égrainent les messages de félicitation venus de l’étranger (du coup de tel de Bush au Podcast de Blair), font la chasse à la retraite présidentielle (des Alpilles en passant par la Corse, pour finir à Malte) pour finir sur le quai ;-) … Qu’est-ce que ça va être quand NS aura regagné Paris. L’UMP va-t-elle ouvrir de nouvelles annexes, sur le modèle de LCI et d’Europe 1 franchisés depuis longtemps ? Même France Inter me fait aujourd’hui entendre des informations d’après OPA ;-((

 
Passons, il y a une vie en dehors de la politique française. Et je dois également battre ma croupe. Le blog d’Héloïm présentent des symptômes d’addiction à la politique, depuis de nombreuses semaines, avec des pointes aigues avant le 22 avril, et surtout dans l’entre deux tour…

 
Alors, lever la tête du guidon parisianiste, où états major et rédactions sont concentrées. Regarder plus loin, et c’est chose facile depuis une plage marseillaise ;-)

 
C’est passé presque inaperçu, mais après un quatrième bilan des aspects physiques du changement climatique, des impacts du réchauffement et des moyens d
'adaptation, le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (Giec) a approuvé  le Résumé à l'intention des décideurs intitulé : « Bilan 2007  des changements climatiques : mesures d'atténuation »

Télécharger ici la version française  / ici la version anglaise

 

Réunis à Bangkok du 30 avril au 3 mai, les experts mondiaux du climat se sont retrouvés pour finaliser un  bilan qui nous engage à agir politiquement. Parce qu’il y a urgence, que le constat est alarmant et que nous devons changer de braquet. « Avec les politiques actuelles d’atténuation et les pratiques associées de développement durable, les émissions de gaz à effet de serre (GES) continueront à croître dans les quelques décennies à venir »

Le GIEC indiquent qu'il existe un potentiel économique d’atténuation des émissions globales de gaz à effet de serre, significatif au cours des prochaines décennies, qui pourrait être suffisant pour décaler la croissance des émissions globales ou pour les réduire en dessous des niveaux actuels.

Si des changements dans le style de vie et dans les types de comportement sont susceptibles de contribuer à l'atténuation dans l'ensemble des secteurs. Les méthodes de management peuvent également jouer un rôle positif.

De nouveaux investissements sur la production d'énergie dans les pays en développement, l’amélioration des infrastructures énergétiques dans les pays développés, et les politiques de promotion de la sécurité énergétique (maîtrise et énergie renouvelable), peuvent dans de nombreux cas créer des opportunités de réaliser des réductions d’émissions de GES par rapport aux niveaux de référence. Les avantages supplémentaires associés sont spécifiques à chaque pays, mais incluent souvent la réduction de la pollution de l’air, l’amélioration de la balance commerciale, l'extension de services modernes dans les zones rurales et l’emploi

Les options relatives à l’amélioration de l’efficacité énergétique pour les constructions neuves et existantes pourraient réduire considérablement les émissions de CO2 avec un bénéfice économique net. Il existe de nombreux obstacles pour la mise en œuvre de ce potentiel, mais il existe aussi des avantages connexes importants

Pour les imposteurs et les candides de la science, le GIEC apporte un démenti cinglant. Les options de géo-ingénierie, comme la fertilisation de l’océan afin de soustraire directement le CO2 de l’atmosphère ou le blocage de la lumière solaire en plaçant des objets dans la haute atmosphère, demeurent largement spéculatives et non prouvées, avec des risques d’effets collatéraux inconnus. Aucune estimation fiable des coûts de ces options n’a été publiée.

Une large palette de politiques nationales et d’instruments, est à la disposition des gouvernements pour créer des incitations à des actions d’adaptation. Leur applicabilité dépend des circonstances nationales et de la compréhension de leurs interactions au niveau local. L’expérience de mise en œuvre dans divers pays et secteurs, montre que chaque instrument présente des avantages et des inconvénients. Le tableau ci-après en dresse un panorama qui devrait inspirer tout décideur en puissance, ou en passe de l’être.

 

Le GIEC rappel que le soutien des gouvernements par les contributions financières, les crédits de taxe, l’établissement de normes et la création de marchés est important pour un développement, une innovation et un déploiement des technologies efficaces. Le transfert des technologies aux pays en voie de développement dépend des conditions d’encadrement et des investissements.

 

Après la tempête politique présidentielle, il est temps de ramener la politique à ses fondamentaux, la lutte contre l’effet de serre en fait parti. Et si NS l’a inclus dans son 1er discours, d’autres feraient bien de s’en inspirer. Car dans le camp de la majorité présidentielle, la conversion au Pacte écologique (quand elle existe) est trop souvent de façade. Dédicace spéciale aux élus marseillais !!!

Marseille signe le Pacte Ecologique. Et alors ?

Une qualité de ville pour Marseille, rencontre Ville(s) en débat(s)

 

Secteur

Politiques[1] et instruments dont l’efficacité environnementale est prouvée

Contraintes et possibilités clés

Production d’énergie [4.5]

Réduction des subventions aux combustibles fossiles

Taxes ou impositions du carbone touchant les combustibles fossiles

Tarifs promotionnels pour des technologies d’énergies renouvelables

Utilisation obligatoire des énergies renouvelables

Subventions aux producteurs

Les résistances des intérêts en jeu les rendent difficiles à mettre en oeuvre

Peut être approprié à la création de marchés pour les technologies à basses émissions

 

Transport [5.5]

Obligation d’économies de carburant et normes en CO2 pour le transport routier

Taxes sur l’achat, l’enregistrement, l’utilisation des véhicules et tarification des carburants, des routes et des parkings.

Influencer les besoins de mobilité par des réglementations et la planification de l’infrastructure

Investissement dans des moyens de transport publics attractifs et des formes de transport non motorisées

La couverture partielle de la flotte de véhicules peut limiter l’efficacité

L’efficacité peut chuter pour des revenus élevés.

 

Particulièrement approprié pour les pays qui sont en train de construire leur système de transport.

Bâtiments [6.8]

Normes et labellisassions des équipements

 

Règles de construction et certification

 

 

Programmes de gestion de la demande

 

 

Programmes promoteurs du secteur public, incluant les achats

 

Incitations pour les compagnies de service  en énergie (ESCO)

Révision périodique des normes nécessaires.

Attractif pour les nouveaux bâtiments. La mise en œuvre peut être difficile

Besoin de réglementation pour que les équipements puissent en profiter.

Les achats gouvernementaux peuvent développer la demande de produits efficaces en énergie

Facteur de succès : accès à des financements par des tiers

Industrie [7.9]

Fourniture d’informations de parangonnage

Normes de performance

Subventions, crédits de taxes

 

 

Permis négociables

 

 

 

Accords volontaires

 

 

 

 

 

 

Peut être approprié pour stimuler la mise à niveau technologique. La stabilité des politiques nationales est importante pour la compétitivité internationale

Des mécanismes d’allocation prévisibles et des signaux de prix stables sont importants pour les investissements

Les facteurs de succès incluent : des objectifs clairs, un scénario de base, l’implication de tiers dans la conception et l’évaluation et des règles formelles de suivi, une coopération étroite entre gouvernement et industrie

Agriculture [8.6, 8.7, 8.9]

Incitations financières et réglementations pour l’amélioration de la gestion des terres, conservation du contenu en carbone des sols, utilisation efficace des fertilisants et de l’irrigation de

Peuvent encourager la synergie avec le développement durable et avec la réduction de la vulnérabilité au changement climatique, contournant ainsi les barrières à sa mise en œuvre.

Sylviculture [9.6]

Incitations financières à accroître l’étendue de la forêt, à maintenir et à gérer des forêts (nationales et internationales)

Réglementation de l’utilisation des terres et sa mise en vigueur

Les contraintes incluent le manque de capital pour l’investissement et les questions de. Peut aider à la réduction de la pauvreté

Gestion des déchets [10.5]

Incitations financières pour une meilleure gestion des déchets et des eaux usées

Incitations et obligations relatives aux énergies renouvelables

Gestion des déchets, réglementations

 

 

Peut stimuler  la diffusion de la technologie.

Disponibilité locale de combustibles à bon marché

Le plus efficacement appliqué au niveau national avec des stratégies de mise en œuvre



[1] L’investissement public en R, D et D dans les technologies à basse émission ont fait la preuve de leur efficacité dans tous les secteurs

 

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0