Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment ce livre m’est tombé sous les yeux ? Il était, je crois, sur une table qui ployait sous les nouveautés littéraires de la rentrée, sans doute abandonné là par un adolescent. Il s’agit d’un conte, Jeannot et Colin, de François Marie Arouet plus connu sous le nom de Voltaire.

Lui qui a écrit sous trois Louis, XIV, XV, et XVI, avait une vision perspicace qui reste terriblement contemporaine du 21ème siècle. Avec Jeannot et Colin, on entre dans une histoire d’amitié où l’on est trop souvent guidé par l’intérêt et non par le cœur. L’ironie s’y déploie avec des intentions philosophiques mordantes.

« Jeannot n’étudia plus, se regarda au miroir et méprisa tout le monde ». En plein milieu de la bonne société, dans ce monde étroit aux valeurs corrompues, « la grande fin de l’homme est de réussir en société ». Pour y parvenir, « celui qui sait plaire sait tout », et il peut pour le reste cultiver l’ignorance. « Jeannot acquit l’art de parler sans s’entendre, et se perfectionna dans l’habitude de n’être propre à rien ».

N’est-ce pas une peinture réaliste de nos modèles actuels, de ce que nous vend la Star Ac, et tant d’autres programmes de real tv ? N’est-ce pas ce que célèbre la presse people ? Toutefois, je conseille d’aller à la fin du conte, où frappé d’un revers de fortune, Jeannot « apprit à mieux connaître le monde dans une demi-journée que dans tout le reste de sa vie ». Rassurez-vous, l’histoire se termine bien. Après la rencontre hasardeuse d’avec Colin, lui que Jeannot avait trahi, le cours des choses retrouve un lit de sagesse : le « bonheur n’est pas dans la vanité ».

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :