Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A un peu plus d’une semaine du second tour de l’élection présidentielle, ça commence à craquer à droite. Le bateau UMP que barre le candidat Sarkozy à tribord toute, tangue moins des vagues socialistes qu’il prend des paquets d’eau FN à la demande du capitaine. Quelques courageux osent dire que ce capitaine va faire échouer sa famille politique sur les récifs du populisme, ils sont toutefois encore peu nombreux à se rebeller avant l’heure. Sous la domination du chef et de son clan, le gros des troupes UMP est encore tenu. Toutefois, le masochisme des élus de l’UMP devrait trouver ses limites le 6 mai à 20h, après la défaite de Sarkozy alors qu’une raclée est plus que probable aux législatives de juin…
Ci-après, le début de la liste des affranchis de droite et du sarkozisme :)  
Patrick Devedjan, qui a succédé à Sarkozy à la présidence du département des hauts de seine (92), a ouvert le bal dès dimanche soir. Lu dans Libération : «L’extrême droite n’est forte que quand la droite est faible, quand elle n’a pas sa propre pensée, sa propre vision du monde».
Chantal Jouanno, sénatrice UMP a fait lundi dans Le Point, des critiques acerbes à propos de la stratégie ultra-droitière et populiste du président sortant. Son « je crains que la droitisation ne soit qu'un mirage douloureux » fait du bien à entendre pour un républicain, mais très mal aux oreilles du Château...
Ensuite, dans un article de Libération, un député UMP « anonyme » a fait une synthèse cruelle de lucidité « Ce quinquennat a commencé avec l’ouverture à gauche, il se termine dans une course derrière le FN. On était censé siphonner l’extrême droite, mais on est en droit de se demander, aujourd’hui, qui siphonne qui
Jeudi, c’est au journal La Nouvelle République, que l'ancien ministre UMP sous Chirac, Renaud Donnedieu de Vabres (RDDV) a déclaré «  la stratégie choisie par Nicolas Sarkozy [courir derrière le FN, ndlr] va le mener à l'échec ».  
Le même jour, Jean Pierre Raffarin ancien premier ministre de Chirac, lâche en creux Sarkozy dans Le Monde. Il attendra le 6 mai pour l'analyse du vote et dire/clamer ce qu'il a sur le cœur... S'il exprimait des réserves réelles maintenant, et elles semblent très lourdent, il passerait pour un traitre. « Nous sommes dans le temps du combat, et dans le combat, l'honneur, c'est la loyauté. » Après le temps du combat viendra le temps du règlement de compte qui sonnera le 6 mai à 20h. La grenade Raffarin est dégoupillée…  
Sniper humaniste, le député des Yvelines Etienne Pinte proche de Fillon a attendu vendredi pour sortir du bois. Il estime dans Libération que Sarkozy «se trompe» de stratégie. «Je regrette qu’on reprenne aujourd’hui ce qu’on a rejeté, à savoir certaines thématiques de Marine Le Pen: immigration, identité nationale, fermeture des frontières. Ce ne sont pas les préoccupations des Français. Les priorités, ce sont le pouvoir d’achat, l’emploi, le logement, la formation, la santé.»
Le même jour, le sénateur du Nord Jean-René Lecerf (proche de Raffarin) refuse la stratégie «de course à l'échalote avec le FN» du candidat-président dans un entretien à PublicSenat.fr. : «Les valeurs du FN ne sont pas les nôtres. Et toute démarche à l'égard du FN me paraît inutile»
C’est un ennemi de longue date de Sarkozy, Dominique de Villepin, lui aussi ancien premier ministre de Chirac, qui signe l’attaque la plus virulente de la fin de semaine, avec une tribune assassine dans le Monde du week-end. Ce chiraquien y défend la culture du cordon sanitaire entre l’extrême droite et la droite parlementaire. Il se dit «effrayé» par la droite: «La dérive électoraliste qui s’est engagée est un processus incontrôlable et sans fin. Une concession en entraînera toujours une autre. Un gage à l’extrémisme toujours un plus grand encore. Une digue rompue en fera céder une autre. Halte au feu ! Je ne peux cautionner cette dérive.».
 
Résumons, nous sommes 5 jours après la défaite du premier tour et à 9 jours de la probable cinglante défaite du candidat UMP sortant au second tour. Sa dérive ultra-droitière est en train de fracturer sa famille politique, alors qu’elle le mène vers une impasse électorale (Hollande va engranger au centre alors qu’il a déjà le plein à sa gauche et chez les Verts). L’UMP pourrait imploser après le 6 mai, et explosera dans tous les cas après les législatives de juin avec le FN en embuscade. Il faut sans nul doute une sacrée dose de masochisme aux troupes/cadres UMP-humanistes, pour accepter que leurs valeurs soient piétinées pour du vain racolage frontiste alors que leur famille politique va exploser. Si cette dérive extrême droitière n'était pas si grave pour le vivre ensemble d'après Sarkozy, on pourrait apprécier de voir la droite se déchirer. 
 
Post-scriptum : une rébellion du Figaro relevée J Le Figaro.fr s'amuse du revirement de Sarkozy sur le "vrai travail", c'est de la rébellion :) Se rendent-ils compte, ces effrontés, qu'ils handicapent la victoire de NS pour le 6 mai ? :) Et encore, ils n’ont pas mis en parallèle le chômage qui augmente et le « vrai travail »…
     
Tag(s) : #Elections 2012

Partager cet article

Repost 0