Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9 mai, fête officielle de l’Europe célébrée avec plus ou moins d’ardeur, dans le pays et au sein de l’Union Européenne. Comme si l’Europe n’avait plus vraiment la quotte, qu’elle n’incarnait plus un rêve collectif mais la cristallisation de nos angoisses nationales. L’Europe a-t-elle encore un sens, alors que nous fêtons les 60 ans de l’annonce de Robert Schuman, une décision de bâtir sur l’acier et le charbon les fondamentaux d'une interdépendance fructueuse entre anciens ennemis, devenue Union Européenne à 27 pays depuis ? 2010, la faute à la Grèce qui nous fait douter de nous même ? La faute aux politiques nationalux qui ne peuvent pas grand-chose seuls face aux marchés financiers ? Quelle solidarité européenne collective pour quelles responsabilités nationales ? En ce moment, l’union économique et monétaire est mise à rude épreuve tandis que l’union politique s’affirme de façon éphémère, l’Europe souffre de manque de gouvernance…

 

Sur la situation grecque et ses conséquences sur l’UE, j’invite le lecteur à écouter l’émission de LibéLabo : Partis pris « Europe, ascenseur pour la rigueur ? ».


10 05 06 PARTI PRIS Audio masterbymanueldomergue


 

60 ans après Schuman, disons que malgré tout l’Europe avance, sans plus faire rêver les peuples ni les élites, avec un carcan institutionnel qui ne tranche pas entre fédéralisme et union de nations vieillissantes, avec une autorité mal définie (Conseil, Commission, Parlement, Président), …, en dépit de tous ces handicaps elle avance. L’idée qu’une nation isolée pèse peu dans le cours de la mondialisation, devrait rendre plus humbles les nationalo-populistes qui prospèrent sur la crise. Même si nous avons du mal à dépasser les égoïsmes nationaux en matière d’économie, nous devrions prendre conscience que certaines régulations n’ont d’issue qu’à l’échelle européenne.

 

L’Europe va « sauver » les grecs, pour le moins nous allons consentir un effort collectif pour que ce pays ne fasse pas faillite à court terme. Après, à eux de se sauver eux-mêmes, ce qui semblent particulièrement difficile pour ce pays à la limite de l’orient européen... Déclarer la paix unilatérale à durée indéterminée entre l’Europe – tous ses pays membres - et la Turquie pourrait faire baisser les dépenses militaires grecques et participer à l’effort d’assainissement financier ;-) 60 ans après Schuman, je rêve que l’énergie verte et les écotechnologies soient l’équivalent de ce qu’ont pu être le charbon et l’acier autrefois, pour consolider une intégration européenne nécessaire dans la mondialisation du 21ème siècle.

 

Je ne sais pourquoi, il est aujourd’hui plus difficile qu’hier de se réjouir d’être européen. Et pourtant, il n’y a que des impasses proposées par le nationalisme, et l’Europe semble le seul chemin escarpé possible au dessus du gouffre.


Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0