Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour au labeur et réouverture du blog par un billet de rentrée optimiste malgré tout ;-). La finance internationale ne prend pas de vacances – pensez avec des machines de trading à haute fréquence qui passent des ordres à la milliseconde, pas de temps à perdre pour spéculer. Sauf que cet été 2011, ça tangue sévère sur le marché, les investisseurs ont peur de prendre le bouillon, les bourses chutent et l’on s’inquiète de nouveau de la résilience des banques chargées de dettes d’Etats plus ou moins fiables. La peur du défaut de paiement est une peur contagieuse, qui mine la confiance des investisseurs. Ça dégringole et ça krach de partout, le CAC 40 pourrait crever le plancher des 3000 points…

 

J’ai l’intuition que cette crise de 2011 est une réplique à de « la grande crise de 2008 », où l’argent public avait dû couler à gros flux pour sauver les banques. Ainsi, la dette occidentale alourdie du pêché des spéculateurs, effraye maintenant. La « grande crise » n’est donc pas terminée, malgré/à cause des montagnes de liquidités déversées. Nous avons là une première réplique, qui n’est sans doute pas la dernière…


La rentrée s’annonce austère et la récession globale pointe le bout de son nez. Bref, c’est une grande cure d’austérité qui arrive. La France va se mettre au régime grec. La question à deux sous, c’est dans quelles dépenses et quelles recettes, les milliards d’euros d’ajustement vont être opérés, pour 2011 et pour 2012. A moins d’un an de la présidentielle, avec un chômage en hausse et le moral en berne, l’austérité est une potion difficile à faire avaler aux électeurs français que l’on voudrait séduire… Les choses s’annoncent tendues. Et si quelques riches amis du président demandent maintenant à contribuer d’avantage par un impôt exceptionnel – après avoir obtenu un bouclier et des cadeaux fiscaux - c’est dire si la classe moyenne va trinquer. ;-(

 

 

De krach en krach, personne ne sait où la crise mènera. Et pourquoi pas à l’écroulement du château de cartes de la finance internationale ? Cela ne serait pas sans conséquence sur l’économie réelle, mais cela ne serait peut être pas pire que de préserver la prévarication de l’upper-class de Wallstreet et d’ailleurs. J’aspire à une refonte globale du système capitaliste financier dérégulé, qui n’offre que des maux et aucun espoir. Aussi, de krach en krach, cela pourrait finalement s’avérer salutaire… Les défis du 21ème siècle que doit relever l’humanité sont exaltants pour nos contemporains, ne laissons pas la mauvaise météo financière gâcher le plaisir d’imaginer un monde meilleur. Un monde où la finance serait au service de l’économie, elle-même au service de l’humanité. Que la finance au service d’elle-même, hypertrophiée et partiellement déconnectée  de l’économie réelle, sans considération pour l’humanité, avance de crise en crise vers un probable collapse, ce n’est pas si triste à la fin, loin s’en faut.

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0