Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Louis Borloo renonce finalement à sa candidature à la présidentielle. Il ne veut pas ajouter de la confusion politique à la confusion économique et sociale. Par temps de crise, alors que l’extrême droite est en embuscade pour quelques degrés de plus dans le populisme, Jean Louis Borloo raccroche les crampons, il ne jouera pas le championnat de la présidentielle. Il n’avait pas un poids électoral et populaire suffisant pour faire autre chose que de la figuration, sans être sur la photo du 2nd tour. Il ne pouvait que nuire à Sarkozy en se présentant, lui grappiller des voix et peut être générer un avril 2002 à l’envers. Aussi, il a préféré se retirer. Exit JL Borloo, enfin une bonne nouvelle pour le Château, ça faisait longtemps ;-)


 

Reste à savoir si JL Borloo a vendu sa peau et combien ? Avoir Matignon avant mai 2012 pour être un 1er ministre de campagne ? J’y crois peu. En même temps, toute promesse de Sarkozy pour l’après mai 2012 est un peu comme un chèque en bois à tirer dans sept mois sur une banque au bord de la faillite... JL Borloo s’est-il décidé à se retirer sous la contrainte  - des dossiers, des pressions ? - ou en étant « acheté » pour un plat de lentilles ? Est-il joueur au point de miser sur un outsider pour remporter une grosse mise pour les centristes en cas de reconduction du locataire de l’Elysée ? A-t-il conclu un pacte secret avec Hollande, pour ne pas lui manger des voix sur son centre à lui aussi, pour jouer balle au centre et au plus offrant ? Est-il simplement lucide, conscient qu’il n’a aucune d’accéder au second tour, et partant de là, en tire toutes les conséquences d’être un second couteau indispensable à former une majorité ?

 

 

Tout reste ouvert. Et c’est justement le choix de JL Borloo, de garder toutes les portes ouvertes et de ne surtout pas insulter l’avenir. Comme il le dit : « on ira vers des coalitions de part et d'autre parce que ce qui est devant nous comme crise me paraît extrêmement important. On va vivre des bouleversements économiques mais donc (aussi) politiques et des comportements politiques (...) Je ne crois plus à l'homme providentiel, je crois qu'il va falloir fédérer des expériences, des talents, des énergies. (…) J'ai toujours été au centre, j'ai toujours été radical. Jusqu'à présent il y avait des alliances avec la droite. Ca dépendra des échéances qui vont se présenter».

 

Ainsi, JL Borloo ne ferme pas la porte à un accord avec une majorité rose/verte, au contraire, il l’ouvre et dès avant le second tour tout en réduisant le danger FN.

 

En se retirant de la course, JL Borloo a fait un beau cadeau à Nicolas Sarkozy, mais n’en sera pour autant pas nommé parrain de l’enfant présidentiel à naitre ces jours-ci. ;-) Les autres gagnants potentiels de cette sortie de route électorale prématurée, sont Français Bayrou et François Hollande. Ce dernier cultive un look rad-soc qui n’est pas pour déplaire aux radicaux de droite devenus allergiques à Sarkozy. Bayrou va se retrouver tout seul au centre, avec un discours critique mais sans la force d’un parti, avec un MoDem réduit à peau de chagrin…

 

JL Borloo a cultivé depuis des mois le sillon de la dissidence, au nom des valeurs et des pratiques des radicaux. Il ne peut rentrer dans le rang de la cour de Sarkozy 1er sans se désavouer. Sa renonciation annonce donc une recomposition du paysage politique, avec des radicaux qui pourraient se transporter plus à gauche qu’ils ne le sont déjà… Borloo se voit-il grenello-compatible avec Hollande ?

 

 

 

Tag(s) : #Elections 2012

Partager cet article

Repost 0