Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le coup de griffe est venu d’Anne Lauvergeon, pour le lancement de son livre « une femme qui résiste ». Elle a poussé le chef de l’atomcratie à la faute, alors que le bougre peine à être crédible pour se faire renouveler son mandat de président de la France. L’ex-patronne d’Areva a écrit et raconté dans tout Paris que Sarkozy a négocié de l’été 2007 jusqu’à l’été 2010 avec Kadhafi, pour lui vendre une centrale nucléaire. Alors que la France a bombardé la Libye en 2011, que Fukushima hante les esprits, l‘idée de vendre une centrale nucléaire au dictateur libyen est devenue plus que saugrenue, complètement irresponsable ! Sarkozy n’assume pas et préfère mentir qu’apparaître irresponsable aux yeux des français.

Sarkozy a dorénavant le commerce nucléaire libyen honteux, et il ment effrontément pour se défendre. Ainsi, le 17 avril sur France Inter il a affirmé « qu’il n’a jamais été question de vendre une centrale [nucléaire, ndlr] à M. Kadhafi », remettant le couvert sur RMC le lendemain : "C'est grotesque. Le seul projet qui ait jamais existé pour les Libyens, c'était une usine de dessalement d'eau de mer, qu'ils n'ont jamais faite et pour laquelle les discussions n'ont jamais commencé".

Les méchants médias dont le Monde se font un malin plaisir à sortir les preuves nombreuses et publiques, qui caractérisent le mensonge du candidat atomcratique honteux. Le gouvernement français a dès l’été 2007 négocié la vente et l’exploitation d’une centrale nucléaire au dictateur libyen, avec des contacts, discussions et accords sur le sujet jusqu’à l’été 2010. Même le pourtant très sarkoziste Figaro participe malgré lui à discréditer son poulain comme menteur, avec un article d’octobre 2007 qui ventait les talents de VRP du nucléaire, se félicitant de la signature d’un accord qui « vise à fournir à la Libye un réacteur nucléaire qui permette la fourniture d'eau potable »,  dévoilé par secrétaire général de la présidence française Claude Guéant J.

 

Le problème d’être un président menteur, c’est qu’internet a de la mémoire J Œuvrer pour vendre du nucléaire à Kadhafi pendant trois ans, le faire savoir pour populariser le génie du président français qui va faire de la France le champion du monde des solutions électro-nucléaire, pour tous, partout… Et bêtement se faire rattraper par l’histoire, le printemps arabe, Fukushima et la guerre de Lybie… Sarkozy aurait pu assumer avoir eu une mauvaise idée, au lieu de cela, il s’enferme dans le déni, le mensonge et la honte.

 

Comme Sarkozy devrait partir, être démit par les urnes à cause de ce mensonge et de tellement d’autres, il faut retenir une vraie morale à cette histoire atomique franco-libyenne. Le secteur du nucléaire n’est pas un secteur d’exportation comme les autres. La sécurité nucléaire même bradée, n’est pas intégrable par un certain nombre de pays et avec un haut niveau d’exigence, la liste des clients compte peu de lignes. De quoi questionner notre positionnement industriel. Si le nucléaire a un débouché à l’export limité au nom de la sécurité nucléaire, et comme il faut par ailleurs limiter les gaz à effet de serre, faire face au pic pétrolier et à l’augmentation des besoins énergétiques mondiaux, l’évidence désigne l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables comme les solutions incontournables. Les perdants du 6 mai pourront méditer là-dessus pendant 5 ans, et ceux qui gouverneront un mandat feront bien d’avoir cette évidence à l’esprit. Les allemands l’ont bien compris...

 

Tag(s) : #France atom’cratique

Partager cet article

Repost 0