Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enerplan, l’association des professionnels du solaire a titré son communiqué de presse « la concertation est faite pour partager la misère de l'ambition solaire française ». Il y a là du vrai, alors que la concertation sur le devenir du photovoltaïque en France, a recommencé le 12 janvier dernier, avec une réunion consacrée aux parcs au sol et au marché résidentiel.

 

Les échos de cette concertation menée par Messieurs Charpin et Trink font part d’une relative unanimité des acteurs du solaire contre les propositions de l’administration. Le grand malheur du secteur solaire français vient du plafonnement du marché à 500 MW de nouvelles capacités par an. Hors selon Enerplan, « il est impossible d’imaginer une nouvelle régulation du secteur qui fasse abstraction des volumes nécessaires pour rendre l’industrie française compétitive ». Les allemands installent entre 3000 et 8000 MW par an,  tandis les français sous influence atom’cratique, seraient contingentés en matière d’électricité solaire…

 

L’administration française a choisi pour les centrales au sol, une procédure qui a maintes fois prouvé son échec et son inadéquation. Le dispositif d’appels d’offres est récusé par quasiment toutes les organisations professionnelles du solaire et par les ONG, mais sera sans nul doute proposé par Mrs Charpin & Trink au gouvernement. Pour le marché du résidentiel, l’administration propose « généreusement » de réduire le marché 2011 de 30% par rapport à celui de 2010, et de le cantonner à ce niveau pour les dix prochaines années. Elle n’a que faire que ce volume ne permette pas d’aller vers les bâtiments à énergie positive qui deviendront réglementaire avant dix ans. Elle ne se soucie pas d’avantage du sabordage de l’industrie solaire française. L’administration et l’inspecteur général des finances sont dans une logique comptable aux chiffres truqués…

 

La seule bonne nouvelle de cette réunion de concertation sur le photovoltaïque du 12 janvier, vient de l’implication du parlement. Si les cabinets ministériels sont cruellement absents, Serge Poignant, Président de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée Nationale, ainsi que la présence des députés  Jean Dionis du Sejour et Geneviève Fioraso, marque la vigilance et l’implication du parlement pour cette concertation. C’est une bonne chose que de ne pas laisser livrer à elle-même une administration à la culture atom’cratique… Par la voix de Serge Poignant, qui connaît bien le photovoltaïque, il a été réaffirmé que le développement industriel et de la filière en aval devait être au cœur de la préoccupation des travaux menés. Cette voix politique fait du bien, alors que l’administration jacobine veut casser le secteur…

 

 

Les deux coups de théâtre de cette réunion de concertation Charpin/Trink sur le photovoltaïque, viennent de l’industrie solaire et d’EDF S.A. Yann Maus, PDG de Fonroche et président de l’association de l’industrie photovoltaïque française, a claqué la porte de cette mascarade qui veut sacrifier le secteur. A l’inverse, le représentant d’EDF a considéré que 500 MW par an était encore trop généreux, et qu’il faudrait plutôt viser 300 MW par an. On voit dans ces deux positions diamétralement opposées, le jeu des acteurs. Le représentant d’EDF milite pour la centralisation électrique nucléaire tant que le mythe est pseudo « crédible ». Il est pour les positions acquises du nucléaire et le sacrifice du solaire,… Le représentant de l’industrie solaire est dégoûté de l’absence de vision du monde d’après, où la décentralisation énergétique et solaire, jouerait un rôle majeur…

 

 

Pour prendre un peu de recul par rapport à l’exercice de « fausse » concertation menée par Mrs Charpin & Trink, relever le saucissonnage des sujets. Ce découpage interdit de poser les principes généraux et les idées forces devant s'appliquer au pilotage de la filière photovoltaïque française. Très clairement, les fondations n'ont pas été posées pour bâtir une politique solaire sensée, bien au contraire. Plutôt que de réfléchir à la vision d’ensemble et aux enjeux fondamentaux, la concertation compartimente la discussion sur les différents segments de marché pour mieux diviser l’intérêt des acteurs, sans jamais aborder l’essentiel. Quels investissements et quels gains pour la collectivité nationale ? … Gageons que ce débat ne sera pas escamoté, malgré la volonté du gouvernement Sarkozy et d’EDF…

 

 

Rdv le 17 janvier pour la prochaine réunion sur les générateurs solaires en grandes toitures. Le gouvernement veut restreindre le marché 2011 d’au moins 50% par rapport à 2010, et surtout ne pas le laisser progresser au-delà en 2012 et après…

 

 

 

 

Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :