Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Très bon dossier cette semaine, dans un Courrier International spécial Copenhague pour découvrir « Climat, pourquoi la planète sera [peut-être] sauvée ». Difficile négociation mondiale sur la lutte contre le changement climatique, dont les pessimistes nous disent qu’un accord n’y sera sans doute pas conclu. La faute en grande partie aux USA d’Obama.



Pour le reste, la lecture de ce numéro donne confiance, nous avons dépassé la prise de conscience globale, des pays bougent, un nouveau chemin se fait jour. Les Chinois ne veulent pas être des cancres, il en va de leur efficacité économique autant que de la bonne gouvernance sanitaire et environnementale. Le Japon d’Hatoyama veut devenir exemplaire sur son archipel et généreux avec les pays en voie de développement. L’Europe ne faiblit pas dans son ambition de réduire l’effet de serre. Ceux qui subissent déjà les changements climatiques, veulent agir et demandent une solidarité climatique internationale…


Aussi, que l’on aboutisse ou pas à un accord ambitieux à Copenhague, se rassurer que ce n’est de toute façon pas un aboutissement, juste le début d’une [r]évolution. L’agenda politique des chefs d’Etats ne pourra rester sans réponse, chacun devant imaginer et paver la voie du changement à son retour de Copenhague. Une nouvelle ère s’ouvrira avec 2010, alors que nous aurons déjà gaspillé 10% du siècle à tergiverser. Change, now !



Il y aura un avant et un après Copenhague. Petits arrangements ou grands engagements remis à plus tard, la problématique énergétique aura été et demeurera sous le feu de la rampe. C’est un sujet qui n’a pas fini de nous occuper, il est transversal et fécond. La réponse repose sur deux piliers : efficacité et énergies renouvelables. Les engagements de solidarité de l’Europe et du Japon, auront des répercussions non négligeables pour l’électrification verte de l’Afrique. La modération des pollutions, interroge notre modèle social et économique, au moment où la montée en puissance de l’Inde, de la Chine et du Brésil, rebat les cartes des souhaitables, possibles et soutenables. Cette modération fait partie de la solution pour réformer le système économique mondial. Elle est gage de coopération, de relocalisation et de mieux vivre, c’est une opportunité pour réinventer le vivre ensemble. La reprogrammation post-Copenhague ouvrira une nouvelle ère pour le monde, que les américains finiront bien par rejoindre ;-) La crise climatique sera sans commune mesure avec les secousses de la dernière crise financière, l’urgence de l’essentiel doit être intégrée dans le logiciel de la mondialisation.

 

Alors, oui, je suis confiant car l’optimisme est le carburant de l’action, et nous sommes à l’aube du début d’une [r]évolution.

 

Tag(s) : #Environnement

Partager cet article

Repost 0