Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Canard Enchaîné fait œuvre de salubrité politique. Cette semaine, il a mis en lumière le cas Boutin/Sarkozy et les prodigalités afférentes.

Le journal satirique n’a jamais été aussi nécessaire qu’en Sarkozie triomphante et arrogante, pour lever le voile entre la parole et le faire, pour épingler les travers et les transgressions de l’Etat « irréprochable » … Après l’épisode des deux logements de fonction parisiens du sous-ministre Christian Estrosi, celui du logement républicain/familiale de la sous-ministre Fadela Amara, le Canard épingle cette semaine la mission de Christine Boutin, l’ancienne ministre du logement diva des catholiques de centre droit. Ces 9500 €/mois pour susciter une émulation neuronale chez CB en vue d’établir un rapport sur les effets sociaux de la mondialisation, ont défrayé l’actualité politique de fin de semaine. Un grand merci au plumitif du mercredi ;-).

Injustifiables, mêmes pour les plus zélés des sakorsistes, ces 9500 €/mois, Christine Boutin aura finalement du y renoncer face à la polémique, devant se contenter du plat de lentilles de retraite parlementaire à 6000 €/mois, complété de son indemnité de conseillère générale des Yvelines à hauteur de 2600 €/mois. L’indigence n’étant pas flagrante, la courageuse Boutin renonce à la charité omniprésidentielle intéressée, sous le feu des critiques... L’UMP ne l’aura pas soutenu dans l’épreuve…

Morale de l’histoire, sans le Canard Enchaîné, cette rémunération excessive serait passée comme une lettre à la poste du château, pour acheter le soutien du camp des catholiques de centre droit à la présidentielle de 2012. Pris la main dans le pot de confiture en temps de rigueur budgétaire, le pouvoir exécutif n’a pu que reculer ! Heureusement, mais la politique n’en sort pas grandie !!!

 

PS : mention spéciale pour Christian Blanc, le sous ministre du Grand Paris qui semble avoir fraudé le fisc, toujours d’après le Canard Enchaîné. Ça fait du plus bel effet pour inventer les impôts et taxes de demain, en vue de bâtir le métro-bling-bling de la capitale agrandie planifiée par Sarko 1er.

PSS : nomination exceptionnelle de Roselyne Bachelot et de son fils Pierre, diplômé des arts en tant que céramiste, qui a décroché un emploi à durée indéterminée, auprès de l’INPES sous la tutelle de sa mère ministre de la santé. Le jeune artiste pierre Bachelot sera responsable du « plaidoyer pour la santé dans toutes les politiques publiques ». C’est moins époustouflant que le titre de président de l’EPAD du prince Jean, mais ce n’est pas moins un exemple détestable des passe-droits du pouvoir en place…

PSSS : comment taire la honte d’avoir un ministre de l’intérieur, condamné pour injure raciale ? Le PS ne semble guère mordant sur l’affaire, et les rangs umpistes sont serrés derrière Brice Hortefeux : « un bougnat ça va, c’est quand il y a trop de de bougnoules… » . L’opposition va-t-elle se réveiller et réclamer la démission d’Hortefeux, l’ami de l’omniprésident ?

     

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0