Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C’est le site internet  espagnol REVE, plateforme technologique espagnole qui vise à conjuguer une forte pénétration de l’éolien avec la recharge des voitures électriques, qui a dévoilé cet été une étude très intéressante sur les coûts du nucléaire et du solaire, et sur le croisement des trajectoires. Selon l’étude, le solaire devient rentable, tandis que le nucléaire devient un luxe qui est un gouffre à subventions.

 

solar and nuclear costs

 

 

 

 L’étude en question “Solar and Nuclear Costs —The Historic Crossover: Solar Energy is Now the Better Buy”, est en fait américaine. Elle a été réalisée par John O. Blackburn and Sam Cunningham, respectivement docteur en philosophie et professeur émérite d’économie à la Duke University de Caroline du Nord, et étudiant en master de management environnemental à la même université. L’étude a été financée par l’ONG NC WARN (Waste Awareness & Reduction Network).

 

 

L’étude analyse les coûts du solaire et du nucléaire sur une longue période. Elle constate que le coût des systèmes photovoltaïques a régulièrement baissé depuis 10 ans et devrait continuer de baisser d’ici 10 ans, tandis que le coût de construction des projets nucléaires subit une inflation sur plusieurs décennies et continue de grimper.

 

Dorénavant, en Caroline du Nord, le coût de l’électricité solaire pour de nouvelles installations est moins cher que celui de l’électricité issue des projets nucléaires proposés. Ce croisement des courbes de compétitivité, n’est pas sans conséquences pour les décisions à venir. Car la loi de l’Etat de Caroline du Nord prévoie les investissements au moindre coût, pour renforcer les capacités de production. Si les investissements les plus rentables concernent l’efficacité énergétique, l’éolien, le chauffe-eau solaire et la co-génération, le photovoltaïque rejoint le club des vertueux économiques. Des technologies qui sont toutes plus compétitives que l’électricité nucléaire.

 

Ce qui est intéressant dans cette étude, c’est l’approche libérale et économique défendue pour arbitrer les décisions d’investissement et tenter d’infléchir les plans de la compagnie électrique de l’Etat. Dans un modèle libéral, sans subvention publique, le nucléaire n’est pas compétitif.

 

L’étude reconnaît que l’électricité solaire bénéficie de réductions fiscales qui améliorent sa compétitivité. Toutefois, la courbe d’apprentissage industrielle parcourue depuis vingt ans démontre une trajectoire de « pure compétitivité » de l’électricité solaire d’ici dix ans, sans plus aucune aide publique.

 

La production nucléaire bénéficie également d’aides publiques, et son lobby fait de plus en plus pression pour obtenir d’avantage de subventions. Cela semble inapproprié, pour une filière du nucléaire civile établie depuis quarante ans, qui n’a pas prouvé sa maturité pour atteindre la compétitivité. Le secteur nucléaire ne peut pas condamner le contribuable/consommateur à verser d’éternelles subventions, surtout qu’il n’existe aucune étude qui démontre que le coût de l’électricité nucléaire pourrait inverser sa tendance haussière.

 

L’étude fait aussi de la pédagogie pour expliquer que l’énergie est précieuse et qu’elle coûtera de plus cher qu’aujourd’hui. L’inflation énergétique est devant nous et la meilleure parade est d’investir dans l’efficacité et les énergies renouvelables.

 

Etude (en anglais) disponible sur ce blog.



Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0