Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les bureaux de votes ont ouvert en métropole, d’ici quelques heures, nous saurons qui sera le président de la République pour cinq ans. Accessoirement, mais c’est important, l’écart de voix entre les deux candidats va se révéler et s’affiner jusqu’à tard dans la nuit. Cet écart est à la fois signifiant pour celui qui est élu (sur le fil, confortablement, largement, plébiscite) et pour les conséquences dans le camp du perdant. Les votes blancs équivalent à de l’abstention, ce taux d’abstention est à surveiller pour analyser le vote des français.

Nicolas Sarkozy sera sans nul doute défait par les urnes aujourd’hui, sauf miracle ou invasion d’extraterrestres avant midi, il ne pourra remonter la pente de son rejet. Lâché par François Bayrou au nom des valeurs républicaines et humanistes, combattu par les réseaux chiraquiens en interne, le candidat de l’UMP a fort peu de réserves de voix alors que les intérêts de Marine Le Pen sont que « ses » électeurs se reportent le moins possible vers Sarkozy. Avec le centre droit qui se bouche le nez, les gaullistes qui font de la résistance et l’extrême droite qui ne bascule pas malgré la drague éhontée, c’est l’étiage « à sec » pour le rassemblement du candidat de la droite. En 2007, il avait réussi à rassembler les droites pour gagner, en 2012, elles se regardent en chien de faïence pour le dézinguer et tourner la page du sarkozisme.

Il est temps de tourner la page, car la campagne électorale commence à mal tourner. Quand les journalistes se font agresser par les militants UMP lors des meetings, c’est qu’une digue a cédé et que le parti républicain mute en groupement antidémocrate. Pour la bonne santé de notre démocratie, nous ne pouvons avoir un des deux partis de gouvernement qui parte en vrille populiste. L’opposant respectable qu’il devrait devenir doit respecter les valeurs et l’éthique de la république, sinon, notre démocratie va continuer de se déliter.

Le niveau de la défaite de Sarkozy aura des conséquences sur la recomposition de la droite (Centre droit, UMP, FN), avec dans la course de haies, les législatives de juin qui seront la seconde mi-temps de cette recomposition.

Une cinglante défaite de Sarkozy ce 6 mai aurait l’avantage de démontrer l’impasse de la course vers l’extrême droite pour l’UMP. Les faucons y seraient mis au placard et les modérés reprendraient les manettes.

A suivre…

Tag(s) : #Elections 2012

Partager cet article

Repost 0