Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1er septembre 2012, millième billet et une naissance pour fêter cela : écolo-politique.gouv.fr. C’est une nouvelle rubrique du blog inaugurée pour la rentrée du gouvernement rose-vert. Il s’agit d’une rubrique pour analyser et critiquer le cas échéant la politique environnementale du gouvernement, avec un éclairage sur les réactions/propositions des partis écologistes, des ONG et des acteurs socio-économiques. Bref, une rubrique de mise en perspective de l’action et de la non-action d’un exécutif qui s’est peint en vert, sans renoncer au productivisme prédateur au nom de la sacro-sainte croissance du PIB… Alors, vigilance, esprit critique et pragmatique pour « écolo-politique.gouv.fr », qui ne va pas chômer.


En effet, cette rubrique ne va pas manquer de matière avec le lancement de la grande conférence environnementale des 14 et 15 septembre à Paris, qui doit guider l’action du gouvernement pour le mandat, avec une revoyure annuelle. Les deux grandes thématiques prioritaires de cette conférence - la transition énergétique et la préservation de la biodiversité - vont occuper l’essentiel des débats et des combats.

 

L’objectif du gouvernement est que la conférence s’entende pour fixer une feuille de route sur les questions écologiques et énergétiques, en retenant une méthode pour le débat national sur la transition énergétique qui s'ouvrira cet automne, débat qui débouchera sur un projet de loi au 1er semestre 2013. Concernant, la biodiversité, le gouvernement souhaite que la conférence permette de mettre en chantier une loi cadre, pour appréhender de façon transversale l'ensemble des questions liées à la biodiversité.

Avec six collèges des « principaux acteurs » - l’État, les collectivités locales, les employeurs, les syndicats de salariés, les ONG environnementales et nouveauté par rapport au Grenelle Envt, un collège de parlementaires - et toujours l’Etat qui tranche à la fin, on peut s’interroger sur le volontarisme écologique qui sortira de cette conférence environnementale. En dehors des ONG environnementales qui sont intrinsèquement favorables à la cause écologique, et dans une moindre mesure les collectivités locales, les quatre autres collèges ne se sont jamais montrés très volontaires sur le sujet…

 

Nous verrons bien, d’ici à la mi-septembre, pendant et après cette conférence environnementale, si les sieurs Hollande et Ayrault sont des convertis à la transition écologique, ou s’ils préfèrent vivre dans le statu-quo et ne pas bousculer les lobbys industriels, quitte à obérer le futur d’une jeunesse déjà socialement plombée. Vont-ils, comme bien d’autres avant eux, céder au phénomène « yes but NIMTO » (yes but not in my term of office », soit « oui mais pas pendant mon mandat ») ?   

 

J’ai assez critiqué le grand barnum écolo de Sarkozy – son Grenelle de l’Environnement - pour être aussi exigeant vis-à-vis de Hollande en la matière. La com et l’esbrouffe pour fabriquer du « greenwashing » politique, ça ne passera pas plus maintenant qu’il y a 5 ans! Si des engagements environnementaux de 2007, il n’est pas grand-chose resté à l’épreuve du temps et des lobbys, Hollande et Ayrault portent la double responsabilité de rattraper le retard et d’engager la France dans une véritable transition écologique (en commençant pas respecter la législation européenne !).

 

 

Le premier remaniement ministériel du gouv Hollande/Ayrault, à la fin juin, a sacrifié la ministre de l’environnement Nicole Bricq, trop velléitaire vis-à-vis des pétroliers. Symbole politique manqué, le scalp d’une écolo-modérée du PS n’a pas été à l’honneur du président Hollande pour débuter son quinquennat… C’était la première alerte d’écolo-confiance du mandat. Depuis, une alerte retentit vis-à-vis du gaz de schiste, tandis que d’aucuns au PS font de la provocation atomique… Peut-on faire écologiquement confiance à un premier ministre qui tient mordicus à faire aboutir son projet de nouvel aéroport nantais, initié comme maire et sous surveillance ministérielle ?

 

Pour ne pas insulter/déprimer l’avenir, je retiens une note de confiance écolo pour le gouv de 10/20, à deux semaines de la conférence environnementale. Note qui pourra s’apprécier ou se dégrader le cas échéant… C’est l’index écolo-politique.gouv.fr de mon blog vis-à-vis du gouvernement Ayrault, pas très haut ni très bas, confiance écolo mitigée et relative... A suivre.

Tag(s) : #Ecolo-politique.gouv.fr

Partager cet article

Repost 0