Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le marché du photovoltaïque français est sous pression politique. En effet, s’il est un marché relativement modeste (500 MWc connectés à fin juin 2010, 800 MW attendus connectés à fin 2010), le gouvernement a terriblement peur du pipeline projets proche des 4 000 MW. La France n’est pas l’Allemagne (près de 9000 MW installés en un an, doublement du parc installé à fin 2010) et il est inenvisageable pour l’administration et les politiques français, que le marché national décolle au-delà de 500 MW/an.

C’est en considération du pipeline projets de 4000 MW, qui fait peser une charge financière virtuelle importante sur la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE), que le gouvernement promet l’austérité au secteur solaire français. Le rapport Charpin, s’est appuyé sur le montant de ce pipe projets, pour proposer des mesures de baisse des tarifs d’achat d’électricité solaire afin de mieux réguler le secteur. Un des conseillers du cabinet de M. JL Borloo, a dénoncé pour sa part les professionnels du solaire comme des braqueurs de CSPE.

 

Ainsi, en 2010, la profession s’est retrouvée pointée du doigt et mise au ban de l’opinion publique, passant du statut des champions de la croissance verte, à celui de méchants spéculateurs qui se gavent avec le pouvoir d’achat des français…

 EDF EN et pipeine solaire à fin juin 2010

 

Une nouvelle pièce « exclusive », pourrait donner un éclairage sensiblement différent. En effet, le document de présentation de l’activité semestrielle d’EDF Energies nouvelles (EDF EN) à fin juin 2010, destiné à ses actionnaires (EDF et Pâris Mouratoglou, David Corchia et quelques autres) fait apparaître en page 15 un pipe projets solaires en portefeuille de 1814 MW à fin juin 2010 pour EDF EN en France métropolitaine, auxquels il convient de rajouter 199 MW pour les départements ultramarins et la Corse. Les chiffres sont têtus et la transparence est salutaire. Clairement, pour reprendre l’expression du conseiller au cabinet de Borloo, l’on sait maintenant officiellement qu’EDF EN est le plus gros braqueur de CSPE solaire, avec 2 GW en portefeuille (soit la moitié de la file d'attente).

Cela change complètement la donne. Accuser toute une profession de vol de CSPE en mettant dans un même sac, un voleur de haut calibre (EDF EN au 1er rang), des opportunistes qui carburent à la défiscalisation ISF Tepa (trop nombreux) et des PMI et des PME solaires responsables, n’est tout simplement plus crédible. Ce serait injuste !

Pourquoi punir toute une profession, quand le plus gros « braqueur de CSPE solaire » est EDF EN qui a pour actionnaire principal EDF, qui se fait compenser le coût d’achat d’électricité verte par le consommateur pour in fine enrichir sa filiale (EDF EN). C’est un pur scandale que l’on a trop longtemps caché !!!

Les députés devraient apprécier cette transparence. Ils devraient en profiter pour poser quelques questions orales et écrites au gouvernement. Qu’en pense M. Proglio, PDG d’EDF et ami de Nicolas Sarkozy ? Est-il en phase avec la politique expansionniste et spéculative de sa filiale EDF EN dirigée par Pâris Mouratoglou, qui va faire passer EDF pour une voleuse de pouvoir d’achat des français dans un mauvais film de greenwashing ? Le SER, syndicat des énergies renouvelables, qui est le bras armé d’EDF et d’EDF EN en matière  de lobby pour l'énergie verte en France, est il encore crédible pour défendre le secteur solaire français ?...

 

Ce document disponible en ligne sur le site d'EDF EN, n’en fini pas de poser des questions, avec un éclairage opportun pour aborder l’avenir solaire français.link

 

 

Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0