Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eric Brunet se revendique de droite, a été journaliste et est devenu communicant – polémiste quotidien sur RMC, hebdomadaire du BFM TV, producteur et intervenant divers, il a aussi décroché l’animation de l’émission « le plus grand musée du monde » sur France 3.  47 ans, venu de l’ouest, copain de Franck Louvrier conseiller communication à l’Elysée, il roule ouvertement pour Sarkozy, en a été récompensé financièrement (merci France 3) et a reçu la Légion d’Honneur le 1er janvier dernier. Rue 89 nous livre une bio business du personnage, un type qui ne se contente pas de « minables 5000 € par mois » comme les aime JF Copé. Nous allons voir comment Eric Brunet a été intégré dans le dispositif de campagne de Sarko pour 2012, sans savoir si cette mission spéciale est effectuée à titre gracieux ou payable sur la bête publique en cas de victoire.

 

Ainsi, Eric Brunet vient de sortir un livre « Pourquoi Sarko va gagner », témoignage zélé d’un sarkoziste pur jus qui veut partager son roman de l’histoire du quinquennat de son patron. Pour lui, la presse manipulerait l’opinion pour faire perdre Sarkozy, il affirme que les journalistes français sont quasiment tous (« à 90 % ») de gauche et qu’ils tapent sur le président, l’attaquant quotidiennement pour décrédibilisé son sens de l’action, ternir son bilan… Blablabla, Eric Brunet affirme que le « bling bling » a été inventé par les rédactions et que le système médiatique français roule contre Sarko… Alors, lui, il veut rétablir la vérité et sort un livre pour redonner de l’optimisme au peuple de droite, faire reluire le bilan…, blablabla. Sarkozy a fait résister la France alors qu’une bombe atomique économique a explosé en 2008, il est resté debout dans la tempête et doit rester au gouvernail en 2012…, blablabla. Il n’y a plus guère que Nadine Morano qui s’expose médiatiquement à 200% pro-Sarko .

 

Bouygues, Lagardère, Dassault, Bolloré …, n’étant pas de revêches patrons de média ligués dans une sarkophobie, loin s’en faut, pas plus que le patron de France Télévision, on a du mal à donner du crédit au propos de Brunet sur le complot des médias contre Sarkozy, mais le monsieur ne cherche pas la vérité (il est fier d’avoir rendu sa carte de presse), il défend une opinion, fut-elle fausse et contredite par la réalité, c’est son opinion. Et son opinion, c’est de dire du bien de Sarkozy et de contredire ceux qui pensent le contraire, des menteurs…


Ce bouquin ne trouvera sans doute pas plus de 10 000 lecteurs, ce n’est donc pas un succès de librairie que recherche Eric Brunet, la promotion de son bouquin partout où il peut se faire inviter (Ce soir où jamais sur France 3, Salut les terriens sur C+, … ) est une excuse pour faire de la propagande pour Sarkozy. Il utilise ses relations et son carnet d’adresses pour occuper l’espace médiatique au-delà d’RMC et de BFM TV. Il est là pour façonner une image positive du président, pour réécrire la réalité de l’histoire récente depuis 2007, pour tenter de modifier la perception de l’opinion publique du bilan de Sarkozy. Tout ce qui serait reproché au grand timonier ne serait que complots et mensonges propagés par les médias…

 

 

C’est habile d’avoir recruté/enrôlé un animateur/chroniqueur comme nouvelle tête hors de personnel politique, pour occuper l’espace médiatique. Son discours ciselé et bien rôdé, permet d’avoir un pro de la com au service du président sans qu’il ne soit directement associé à l’UMP et à Sarkozy. Son temps de parole n’est pas décompté sur le temps de l’UMP et sa tête de bourgeois de province doué par la communication passe bien auprès de la ménagère. Son job de storyteller dans le dispositif 2012, c’est de propager l’image d’une classe moyenne satisfaite de Sarkozy.

 

Vu son carnet d’adresse et la bénédiction du château, il n’a malheureusement pas fini d’être invité d’ici le 22 avril 2012, comme témoin d’une espèce en voie de disparition…

Tag(s) : #Elections 2012

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :