Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 27 octobre dernier, à Paris, les parties prenantes des Etats Généraux du Solaire Photovoltaïque ont dévoilé à la presse une vision de ce que pourrait apporter l’électricité solaire à la France d’ici à 2020. Alors que le secteur traverse une sombre crise lui ayant déjà fait perdre la moitié des emplois créés entre 2007 et 2010, les Etats Généraux du Solaire Photovoltaïque ont délivré un message « optimiste », avec des propositions très raisonnables qui s’appuient sur un diagnostic robuste.

 

EGS PV 2020


Oui, le secteur souffre, c’est une évidence et c’est causer par une mauvaise réglementation. Toutefois, cette souffrance n’est pas inéluctable, si l’on veut bien considérer la réalité d’un potentiel mal exploité. Oui, l’électricité solaire va devenir progressivement compétitive d’ici 5 ans, oui, cette technologie va se banaliser dans les bâtiments neufs d’ici à 2020, oui, il y a des entrepreneurs français qui veulent s’investir et créer de la valeur dans ce secteur en pleine expansion au niveau mondial... La France doit jouer sa carte solaire dès 2012, sous peine de devenir définitivement importatrice et de lester à milliards d’euros sa balance commerciale. Sans compter qu’il y a 100 000 emplois en jeu, une paille sociale qu’il serait politiquement inconscient de négliger... Les Etats Généraux du Solaire fournissent le mode d’emploi pour que la France profite au mieux du solaire : de l’ambition et de la constance en tête du pacte de confiance que la filière voudrait signer, assorti de mesures pour optimiser l’investissement des français.

 

 

La réponse aux maux du secteur solaire français est politique. C’est une réponse politique, qui pourra renverser la trajectoire d’un secteur en crise, pour profiter à fond des opportunités qu’il recèle pour l’économie française. A quelques mois des élections présidentielles et législatives, douze organisations – syndicats professionnels du solaire, du bâtiment et des équipements électriques, association de collectivités et ONG - représentant l’ensemble des acteurs du solaire photovoltaïque en France, se sont unies pour partager leur diagnostic, leur vision et leurs propositions. Les Etats Généraux du Solaire ont servi à forger ce message unifié. Nous avons là des organisations qui ont dépassé l’actuelle souffrance du secteur, pour éclairer les citoyens et les décideurs, avec une feuille de route solaire d’intérêt général pour la France.


On peut être optimiste sur l’accueil qui sera fait à cette feuille de route solaire, qui peut donner du grain à moudre plus que symbolique pour EELV et le PS... Un pacte solaire à 100 000 emplois pour donner du corps à un accord PS EELV, ça se signe à deux mains ;-).

 

Les Etats Généraux du Solaire arriveront-ils à convaincre les têtes pensantes de Sarkozy cru 2012 ? Cela dépendra si le candidat et ses sbires arrivent à lâcher un peu de lest vis-à-vis du lobby atom’cratique. La décentralisation, à fortiori énergétique, n’est pas naturelle dans le logiciel politique de l’UMP mais la pression de territoires d’excellence solaire (Alsace, Alpes Maritimes, Savoie, …) pourrait influer… avec aussi les 100 000 emplois qui pourraient peser.

 

 

Que peuvent penser Eric Besson et Nathalie Kosciusko-Morizet, ministres en charge du secteur solaire, de ce diagnostic et des propositions ? Pourraient-ils les considérer dès aujourd’hui, pour faire évoluer l’actuelle réglementation mortifère ? Se laisser convaincre pour mai 2012 est une chose, mais si quelqu’un dans l’équipe de Sarkozy partage la vision des Etats Généraux du Solaire, il faut que le gouvernement en tire les conséquences maintenant. Il n’est pas nécessaire de faire souffrir le « malade solaire français » plus longtemps. Un secteur qui doit percer dans la chaîne de création de valeur au niveau mondial, ne peut affronter ses compétiteurs avec des semelles de plomb qu’on promettrait de lui enlever après l’été 2012. Peiner à survivre à cause d’un marché national devenu atone, fragilise le secteur qui a déjà perdu sa graisse et commence à fondre du muscle. C’est une réalité que le gouvernement doit prendre en compte pour soutenir la crédibilité se Sarko 2012. Attendre l’été 2012 pour faire évoluer la réglementation, c’est faire souffrir et parfois mourir des ETI, des PMI et des PME inutilement, alors que l’on doit compter sur ces mêmes entreprises pour développer l’opportunité solaire en France lors du prochain mandat.


Le personnel politique doit se mettre au rythme des entreprises face à la crise qu’elles traversent. Que vont dire Eric Besson et Nathalie Kosciusko-Morizet, aux familles du personnel de Photowatt ? L’industriel historique du photovoltaïque français – 32 ans et deux traversée du désert au compteur – a été mis en redressement judiciaire. Le nouveau PDG a été remercié et c’est un financier qui a pris les reines de la boîte. Doit-on y voir un présage d’une liquidation à venir ?


 

egs pv 2011 synthese presentation egs pv 2011 synthese presentation

Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0