Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce 14 février 2012, Nicolas Sarkozy président presque candidat sera en Isère, au chevet de Photowatt, société historique du photovoltaïque en France mise ne redressement judiciaire. Ce déplacement sera sans nul doute l’occasion de promouvoir l’offre d’EDF, une parmi les quatre reçues pour « sauver/reprendre » Photowatt.

Le communiqué de l’Elysée nous apprend que le chef de l'Etat sera accompagné par Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l'Ecologie, de Xavier BERTRAND, ministre du Travail et par Eric BESSON, ministre chargé de l'Industrie et de l'Énergie. Jour de la Saint Valentin à moins de 70 jours du premier tour de l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy va sans nul doute nous chanter une chanson d’amour pour l’énergie solaire. Le Château s’est beaucoup investi pour trouver une issue favorable à la reprise de Photowatt. La carte EDF (de son ami Proglio) permet de limiter la casse sociale au sein de cette entreprise symbolique du solaire en France. EDF (EDF EN) avait jusqu’à présent privilégié l’importation massive de modules solaires (Chine, USA) pour maximiser les profits. Son investissement dans Photowatt représenterait une « rupture » de la politique industrielle solaire d’EDF, en quelque sorte un juste retour des bénéfices « solaires » d’EDF/EDF EN avec un investissement dans la politique industrielle solaire française.

Remarquons que cela semble contrainte/forcée par l’Elysée, que la société EDF investirait dans l’outil industriel solaire français avec Photowatt. Toutefois, compte tenu de la place d’EDF/EDF EN dans le paysage solaire français (50% ou plus de la puissance photovoltaïque raccordée ?), c’est un juste retour des choses. Cet investissement stratégique pourrait servir la destinée d’un électricien mondial qui aura intégré d’amont en aval les moyens de solariser l’électricité pour proposer de nouveaux services. Surtout, c’est la destinée d’un industriel et de ses 400 salariés qui est en jeu.

 

Ainsi donc, Nicolas Sarkozy va-t-il ce 14 février 2012, chanter l’amour qu’il porte à l’énergie solaire, alors même que son gouvernement aura mis en pièces le secteur depuis un an, détruisant 12 000 emplois sur 25 000. La reprise de Photowatt par EDF semble la voie la plus prometteuse pour les salariés de Photowatt, et c’est une bonne chose que le président ait forcé la main de son ami Proglio pour que cela se fasse.

Toutefois, on relèvera que ce « petit » investissement solaire, ne pèse pas grand-chose en regard du cadeau nucléaire que le gouvernement souhaite faire à EDF. Ainsi, ce dernier s’est prononcé pour l’augmentation de la durée d’exploitation des centrales nucléaires de 30 à 40 ans. De quoi produire de l’électricité nucléaire  bien meilleur marché que celle qui sortirait de/des EPR, en l’absence d’accident/catastrophe.

Quelques dizaines de millions d’euros investis à « contre cœur » dans l’outil industriel solaire de Photowatt, en regard des milliards investis dans le nucléaire, c’est la recette du pâté d’alouette énergétique de Sarkozy, avec un cheval de nucléaire et une alouette de renouvelable. On verra si son discours du 14 février tempère ce diagnostic…

 

Pour la suite et le prochain mandat, l’intégration de Photowatt dans le giron d’EDF ouvre de nombreuses perspectives. Perspectives qui seront d’autant plus grandes que les volumes d’installations solaires en France pourraient significativement augmenter et que Photowatt deviendrait par ailleurs partie prenante des offres solaires d’EDF à l’international. De quoi sauver/développer une industrie solaire en France, même si cela n’est pas sans poser questions juridico-commerciales pour la régulation du marché national des électrons solaires…

 

Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0