Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’actualité est cruelle pour le secteur nucléaire, irrémédiablement cruelle car d’incidents en accidents et catastrophes, l’actualité rappelle régulièrement que ce secteur est hors normes humaines (en terme de risques, de coûts, de temporalité, de sécurité et de dangerosité). Cette fois, c’est la question des déchets nucléaires  qui est chaude, avec des fuites découvertes aux USA dans un site de stockage. Le gouverneur de l’Etat de Washington, M. Jay Inslee, juge la situation « inquiétante pour tous les habitants de l’Etat », les fuites sont situées à plus de 5 miles (# 8 km) de la rivière Columbia.


La plus grande poubelle nucléaire américaine fait donc parler d’elle et pose la question de la maîtrise des risques nucléaires. Hanford, Etat de Washington, concentre les 2/3 des déchets nucléaires de haute activité issus de la fabrication d’armes nucléaires. 220 millions de litres de déchets radioactifs et chimiques, stockés des réservoirs obsolètes (177 dont 149 à simple coque) avec à minima 6 réservoirs défectueux laissant fuirent une saumure radioactive. Cette saumure se répand dans le sol et va migrer la nappe phréatique. Radio Russie produit un article qui témoigne de l’histoire de la guerre froide, tandis qu’USA Today ne fait pas de concessions sur les faits.  

 

Le site de Hanford engloutit déjà 2 milliards de dollars par an pour être « nettoyé ». Un programme de construction de nouvelles capacités de stockage de déchet y est en cours avec un dépassement budgétaire de plus de 12 milliards de $ et un dépassement des échéances repoussées à 2019 au mieux pour la livraison… Dépassement des budgets et des délais sont des caractéristiques intrinsèques à l’industrie nucléaire, d’un côté et de l’autre de l’Atlantique…

 

Suite à la découverte de cette fuite radioactive, un audit de contrôle a été demandé par le sénateur Ron Wyden, président du comité de l’énergie et des ressources naturelles au Sénat américain.

 

Obama va devoir sortir son carnet de chèque pour gérer la crise environnementale de Hanford, des milliards de dollars à mobiliser sans pouvoir accélérer le tempo de solutions imparfaites et complexes…  

 

 

Et nous, à la Hague, tout va bien ? Pas certain selon le Canard Enchaîné du 6 février dernier et surtout selon l’Autorité de Sureté Nucléaire, mais bon baiser en terre atomcratique, tout est sous contrôle…

 

Tag(s) : #France atom’cratique

Partager cet article

Repost 0