Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

proglio chinoiseries atomiquesAnne Lauvergeon en avait parlé dans son livre «La femme qui résiste », le PDG d’EDF Henri Proglio a joué une alliance avec les chinois, contre Areva, avec des transferts de technologies nucléaires à la clé au grand profit du partenaire chinois. Le Canard Enchaîné daté du 3 octobre nous apprend que ces chinoiseries ont été faites dans le dos de Sarkozy (et de Hollande). EdF a fait exactement le contraire de ce qui avait été acté au Conseil de Politique Nucléaire présidé le très atomcratique Sarkozy.


L’enjeu de la trahison de l’équipe de France du nucléaire, c’est un accord EDF/CGNPC pour concevoir un réacteur de 3ème génération de 1000 MW, concurrent du réacteur Atmea développé par Areva. EDF aurait apporté le savoir-faire – dont des technologies classifiées - et le chinois CGNPC bénéficiait de la propriété intellectuelle du produit fini dont EDF aurait été intéressé à l’exploitation, voilà en gros ce qu’a essayé de faire passer en catimini puis en force, Proglio et ses équipes à la barbe du gouvernement Fillon/Sarkozy.

 

Le Canard nous apprend que jusqu’au dernier moment (à la veille de l’élection présidentielle), le boss d’EDF a fait pression sur le gouvernement pour qu’il autorise le partenariat EDF/CGNPC. Il a fallu la mobilisation de hauts fonctionnaires intègres pour faire capoter la chose et que Baroin Ministre de l’Economie de l’époque n’avalise pas l’accord.

 

Commentaire d’un fin connaisseur du dossier rapporté par le journal satirique du mercredi : « EDF a négocié avec les chinois sans l’aval de pouvoir politique. Proglio a signé un projet d’accord qui ne respecte même pas ce que voulait son mentor, Nicolas Sarkozy. Il va falloir tout remettre en question avec les chinois, cela va peser sur notre crédibilité avec le gouvernement de Pékin, et c’est peut-être le marché du nucléaire chinois qui sera définitivement fermé à la France. Sans parler des dégâts diplomatiques ».

 

François Hollande n’a eu connaissance de ces chinoiseries de Proglio que début septembre. Il va sans dire que cela met le PDG d’EDF sur un siège éjectable. Ancien sarkoziste, contre la politique de transition énergétique de Hollande, son action de  brader des secrets industriels aux chinois et de saper l’équipe de France du nucléaire, relève de la traîtrise de l’atomcratie française. Il ne devrait pas y avoir grand monde pour prendre la défense de Proglio…

 

S’il n’est pas certain qu’Henri Proglio traverse sans encombre la phase de débat sur la transition énergétique, je mets ma main à couper qu’il ne présidera plus à la destinée de l’électricien national passée la loi en juin 2013. Car sa traîtrise fragilise bigrement l’argument du nucléaire « made in France ». Si les chinois maîtrisaient la conception et la construction de réacteurs nucléaires de 3ème génération, grâce à EDF et contre Areva ; il va sans dire que leurs ingénieurs concurrenceraient nos ingénieurs français beaucoup mieux payés. Et si Proglio délocalise la matière grise, il ne va rester aux français que le risque d’explosion et les irradiations pour les soutiers de l’atome…

 

Illustration tiré de l'article du canard enchaîné, de Cabu


Tag(s) : #France atom’cratique

Partager cet article

Repost 0