Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et de trois proches du chef de l’Etat touchés par l’affaire Karachi, après Mrs Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, c’est Brice Hortefeux qui est dans le viseur. Le Monde a fait des révélations vendredi matin sur les coups de téléphone de Brice à Thierry Gaubert, pour le prévenir que son ex-femme – Hélène de Yougoslavie - avait beaucoup balancé à la police. Une femme qui persiste et signe ce samedi, où elle met sur la place médiatique ce quelle a dit à la police. Hortefeux qui semble avoir accès aux éléments de l’enquête, violerait le secret de l’instruction. Cela signale l’intervention de Sarkozy dans cette affaire judiciaire, qui est suivie comme le lait sur le feu par l’Elysée.


Coup de tonnerre jeudi, vrille d’Hortefeux vendredi qui finit en torche, la Sarkozie est en feu et l’incendie gagne l’Elysée. Les éléments de langage de l’UMP, répétés en boucle vendredi, ont beau clamer que tout cela n’est que « calomnies et manipulations politiciennes » pour salir le chef de l’Etat, l’emballement de l’affaire Karachi et les révélations successives, les transforment en mensonges ânonnés. La presse régionale ne s’y trompe pas, sa ligne éditoriale de ce samedi 24 septembre est accablante pour Sarkozy.

 

L’affaire en soit est déjà très embarrassante pour le chef de l’Etat et l’UMP, mais au surplus, le boucan monte depuis 3 jours alors que l’élection sénatoriale aura lieu demain. La presse régionale est un thermomètre intéressant pour mesurer l’effet de déflagration en province, de ces affaires élyséennes. Elle est unanime pour considérer que le scandale de l’affaire de Karachi va éclabousser Sarkozy. Les notables de province, qui sont les grands électeurs qui votent dimanche, seront-ils influencés par ce bruit médiatique nauséabond contre le clan Sarkozyste ?

 

 

Réponse lundi matin, toutefois, je présume que cela aura un impact sur le vote qui sera défavorable à l’UMP.

 

Ce scandale va être déballé/discuté/disséqué dans tous les dîners du samedi et aux déjeuners de dimanche. Pensez, une princesse rebelle qui fait vaciller le sommet de l’Etat, la garde rapprochée de Sarkozy qui tombe au champ du déshonneur, ça fait un angle de conversation idéal pour fédérer femmes et hommes autour d’une affaire d’état. Presse nationale et régionale, radio, tv, dîners et déjeuners entre notables de province, l’opinion qui se façonne d’ici le vote est hautement défavorable au chef de l’Etat et à sa majorité.

 

Et puis l’affaire Karachi est une affaire de plus, après celle de Woerth-Bettencourt en 2010. Cela conduit à l’écœurement. Elle dévoile une nouvelle fois les pratiques illégales d’un clan politique, qui au fond ne vise qu’à régner à son profit, par tous moyens… Mettre son bulletin de vote pour cette clique de coquins doit poser questions, non ?

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0