Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je rebondis sur un article du Figaro lu ce matin, qui traite de la montée en puissance des dispositifs web des partis politiques à quelques semaines de l’élection présidentielle. Obama est la référence pour les états-majors de campagne français. C’est le premier président américain à avoir gagné la bataille électorale grâce à internet. Avec l’invasion des tablettes numériques, le développement des réseaux sociaux et le web au quotidien, l’enjeu est très fort. Rater sa stratégie de présence et d’action sur internet aura un impact sur le résultat du 22 avril et du 6 mai. C’est du lourd, même si à droite, ils semblent le prendre la légère J.

L’article est sans parti pris. Il indique que le PS a un dispositif puissant, qui s’appuie sur une blogosphère politique majoritairement en sa faveur. Le Figaro fait contre son gré de la pub du nouvel outil de campagne de Hollande, la plateforme participative Toushollande.fr, lancée le 3/02/12. L’UMP, sans candidat officiel avec une communauté de blogueurs réduite, se concentre pour le moment sur une stratégie de riposte. Essayons d’analyser qu’elle stratégie web sera la plus opérationnelle pour trouver une majorité au soir du 6 mai 2012.

 

Avec une communauté de blogs politiques déjà acquise à faire perdre Sarkozy et gagner Hollande, l’équipe de campagne a là un actif solide. Elle peut agréger des contenus de blogueurs, pour ainsi gagner en réactivité et en richesse de contenu. Engranger une multitude de points de vue originaux et critiques et profiter de la créativité de la blogosphère, me semble beaucoup plus efficace que de répéter sur twitter des éléments de langage conçus par une équipe de « spin doctors ».

1/0 dans le web-match Hollande / Sarkozy.

 

Agréger, rassembler, permettre d’agir, de créer…, pour faire gagner Hollande, c’est ce que propose la nouvelle plateforme participative Toushollande.fr. L’outil est bien fait, design intuitif, éléments pédagogiques pertinents, portail de blogs, facilité à proposer du contenu…, je pense que les geeks de l’UMP vont être envieuxJ. Avec la base des adresses électroniques volontairement recueillies lors des primaires du PS (700 000 adresses mél), le portail Toushollande.fr va servir à une vaste communauté d’actifs prêts à faire campagne d’une façon ou d’une autre. Cette communauté, c’est une vraie mine d’or pour Hollande, une formidable vague d’énergie participative qui va bien au-delà des rangs du PS…

2/0 dans le web-match Hollande / Sarkozy.

 

Regardons ce qui se passe à l’UMP pour gagner la bataille d’internet. Pour le moment, les troupes sont maigres et mal armées. La principale force du moment, c’est la «cellule riposte» dirigée par Brice Hortefeux. Son principal outil pour se croire omniprésent sur le web, c’est «twitter».  Quelques députés sont au front, des rapides du « tweet », tels Valérie Rosso-Debord, Sébastien Huyghe, Franck Riester, et l’inénarrable Nadine Morano qui « tweete » plus vite qu’elle ne pense. Ces mousquetaires électroniques défendent le bilan de Nicolas Sarkozy et attaquent le candidat François Hollande à coups de petites phrases. La pensée politique de l’équipe de campagne de Sarkozy se réduit au final à des messages qui ne doivent pas contenir plus de 140 caractères, ça laisse songeur... En attendant son entrée officielle en campagne et la sortie d’un site internet dédié, Nicolas Sarkozy aurait réinvesti sa page Facebook. Un pis-aller en attendant de sortir du Château pour monter sur le ring. Du temps perdu pour mobiliser un éventuel réseau social, alors même que les militants UMP se font discrets sur le net pour promouvoir leur candidat « légitime » qu’ils n’apprécient pas forcément du reste.

3/0 dans le web-match Hollande / Sarkozy.

 

Le score parle de lui-même, la droite et l’équipe présidentielle ne réussissent pas à prendre la main sur internet, Hollande a pris trois longueurs d’avance. La bataille du web déjà presque perdue, est-ce que cela inquiète beaucoup/énormément l’Elysée et le « chief web campaigner » de Sarkozy-2012, Manuel Diaz ? Il va falloir qu’il soit hyper innovant pour tenter de regagner le terrain/temps perdu, sans compter le handicap de la cote d’impopularité du président sortant.

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0