Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’avocat spécialisé en droit de l’environnement, Arnaud Gossement, se demandait dans un billet en date du 6 mai, si la politique pour l’environnement sous Hollande, serait l’arbre où la racine ? L’écologie avec l’alternance porteuse d’espoir, serait-elle « comme une variable d’ajustement ou, à l’inverse, comme le fondement de toute politique publique » ? Et Arnaud G de poser son analyse en une dizaine de points pour dépasser la com et les éléments de langage gouvernementaux. Formation du nouveau gouvernement, périmètre du ministère de l’écologie, libération des énergies renouvelables…, budget 2013, sommet Rio+20 : la grille d’évaluation est robuste.


Le début de mandat, deux semaines après le début de mandat, plaide pour la racine avec l’écologie comme un des fondements de la nouvelle politique imaginée par Hollande.

Concernant la nomination de Nicole Bricq au poste de ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, MEDDE, elle répond favorablement à deux points de l’évaluation d’AG, la crédibilité du ministre et le périmètre du ministère.

 

Nicole Bricq est une personnalité du PS qui a fait son cheminement écologique depuis 1997, soit 15 ans d’action et d’engagement en faveur de l’environnement. Comme le souligne le communiqué du pôle écologique du PS qui retrace son parcours, « elle possède une double compétence, si rare, qui lui permet d'allier sa connaissance des finances publiques à la défense des valeurs écologiques, le choix de Nicole Bricq est le bon ». C’est un avis partisan, certes, néanmoins, trouver une ministre crédible sur les finances publiques & convaincue/engagée de l’urgence écologique, rompue à la réalité des élus locaux, c’est un bon point vert pour l’écologie.

 

Le ministère de Nicole Bricq retrouve de plein exercice la tutelle de l’administration de l’énergie, et c’est un très bon signe politique car l’énergie est intrinsèquement une question écologique qui définit notre matrice sociétale…

 

Il est plus pertinent d’avoir une socialiste crédible au ministère de l’écologie et une élue d’EELV « junior » au ministère logement et des territoires, la cause verte sera mieux défendue.

 

Reste du pain sur la planche pour que l’appréhension favorable pour l’environnement avec Hollande président, ne se transforme progressivement en satisfecit. Une des urgences est de libérer les énergies renouvelables sans attendre, alors que les secteurs du solaire et de l’éolien sont dans la tourmente administrative. Des milliers d’emplois/non chômeurs sont en jeu à très court terme. Ce sera sans doute un des dossiers chauds que devra gérer la nouvelle ministre entrée en fonction. A court terme, engager le chantier pour clarifier les compétences des collectivités territoriales en matière d’écologie et notamment d’énergie, avec un acte III de la décentralisation sur la transition énergétique, sera le principal marqueur « écologique » du début quinquennat de Hollande.

 

L’optimisme est d’action, il est temps d’œuvrer avec l’écologie comme fondement de la politique publique.

 

Tag(s) : #Environnement

Partager cet article

Repost 0