Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avoir un Sénat passé à gauche, est vivifiant pour le débat politique en France. C’est un outil précieux pour conduire une opposition maline et efficace, qui oblige l’UMP à sortir du bois à l’Assemblée Nationale, pour contrer les initiatives sénatoriales. Le Sénat propose, l’Assemblée dispose avec toujours le dernier mot, mais au moins, les masques tombent.

 

Il en va ainsi avec le trading haute fréquence, que le Sénat a décidé de taxer à partir du 1er janvier prochain (lu dans France Soir). C’est une mesure pratique de lutte contre la spéculation financière pure, qui sera sans doute annulée à l’AN, où l’on va voir l’UMP défendre les banquiers et leur jouet technologique.

 

Le trading haute fréquence (THF ou HFT pour High-frequency trading), ce sont de gros ordinateurs pour font tourner des algorithmes informatiques qui réalisent des transactions d’achat/vente à la microseconde, pour tirer profit des microfluctuations du marché pour réaliser des profits d’ultracourt terme, sans apport aucun pour l’économie réelle. Le THF représente un volume très important des transactions financières quotidiennes (1/3 en Europe, 3/4 aux USA), c’est un symbole de la finance folle, complètement automatique et déconnectée de la vraie vie.

 

A la manœuvre au Palais du Luxembourg pour pousser et faire adopter la taxation du THF, pour que le secteur financier participe modestement à l’effort de redressement du pays, Nicole Bricq, sénatrice PS. Elle fait là un joli coup politique, qui j’espère trouvera un écho médiatique.

 

Je me demande comment les députés UMP vont pouvoir justifier dans leur permanence, qu’ils sont contre cette mesure de lutte contre la spéculation financière. Etre les défenseurs des opérateurs de marché virtuels, c’est une position difficile à assumer par temps de crise économique et sociale. Suis curieux des éléments de langage que vont fournir les spin doctors de droite. Vont-ils s’abriter derrière la mobilité des technologies de THF et la perte de compétitivité induite pour les banques françaises, pour défendre l’annulation de la taxe sur le THF ? Vont-ils s’y montrer favorables, mais uniquement dans un cadre européen, pour repousser la mesure à plus tard ?

 

 

Idée altermondialiste considérée comme farfelue il y a quelques années, taxer les transactions financières des bourses européennes est aujourd’hui un axe majeur de la réforme du système voulue par l’Allemagne et la Commission Européenne (qui ne sont pas dirigées par de patentés gauchistes). La France de Sarkozy est à la remorque d’une réalité qui change, avec de grands discours contre les spéculateurs et leur défense à l’ombre des ors de la République… Mai 2012, rdv avec le changement


Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0