Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi 15 mai, passation de pouvoir entre Sarkozy et Hollande, saut d’un soir à Berlin, nomination du premier Ministre Ayrault, passation entre lui et Fillon et nomination du gouvernement hier mercredi. Avec un premier conseil des ministres aujourd’hui jeudi jour férié, après que l’équipe précédente eut remise les clés à celle qui arrivait, 34 ministres et une parité arithmétique entre les femmes et hommes du gouvernement Ayrault 1, la page du quinquennat de Hollande est réellement ouverte. Le changement, c’est maintenant, vraiment !


Ce début de mandat est beaucoup moins tapageur que celui de NS en 2007, le changement de style présidentiel est flagrant, on a presque l’impression qu’il flotte un air d’apaisement politique à Paris. Cet état de grâce ne durera pas plus de quelques jours s’il ne s’évanouie pas d’ici quelques heures, mais le style restera. « Humble et courageuse », voilà comment je juge ce début de mandat de François Hollande.

 

Alors que le nouveau gouvernement va mettre les mains de le cambouis, découvrir des trous/gouffres dans le budget et un climat social battu par les plans de licenciement retenus jusqu’à l’élection,…, il va falloir du courage et de la détermination pour maintenir le cap du projet présidentiel à mettre en œuvre.

 

Pour Hollande, il n’était sans nul doute pas difficile de faire mieux que Sarkozy pour débuter son mandat. Pas de fête avec l’upper class le jour de la victoire, pas de vacances sur un yacht de milliardaire, pas d’augmentation indécente de son traitement, pas de célébration quotidienne du bling-bling des nouveaux riches, pas d’ultra-présence médiatique pour cultiver le je hypertrophié… La politique est faite de symboles, et l’on peut payer très cher un mauvais début de mandat (ressenti comme un adultère le soir même du mariage). François Hollande commence son mandat avec la détermination de la force tranquille, passation de pouvoir, nomination d’un nouveau gouvernement et au boulot (et à la com).

 

Le casting gouvernemental est un signal politique en soit. Le choix assumé de la parité, la valorisation de personnalités issues d’une France multiculturelle, l’exigence de non cumul d’un mandat pour les membres du gouvernement…, jusqu’à qui s’occupe de quel portefeuille ministériel. Ce premier gouvernement du président Hollande est riche de signaux politiques (féminisé, rajeuni, coloré, diversifié...). La question de qui n’y est pas (Martine Aubry) est vaine, ce qui compte c’est l’organisation qui va se mettre en place compte tenu de la personnalité des membres du gouvernement. [Un papier à venir sur ce gouvernement et les questions qu’il me pose…].

 

Autre signal politique envoyé dès le début du mandat, la fin définitive de l’ère bling-bling au pouvoir, la fin des années outrageusement fric, avec une mesure de modération prise lors du premier conseil des ministres. La réduction de 30% du traitement du président et du gouvernement. Ça ne changera pas grand-chose aux comptes publics, mais tout est affaire de symbole en politique. Pour surmonter la crise, les plus aisés même méritants n’échapperont pas à l’effort collectif de solidarité, et le président et son gouvernement donnent l’exemple.

 

 

Le pays a fini d’être en apesanteur politique, une page – douloureuse – est tournée et c’est un nouveau mandat de possibles qui s’ouvre. Relativement bien commencé, cela ne présage pas de la suite alors que nous sommes dans une mer de tempêtes. « Le style, c’est l’homme même » a dit Buffon dans son discours à l’Académie, nous verrons à l’usage comment le nouveau style présidentiel peut mettre le pays en mouvement.

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :