Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guy Verhofstadt, politique libéral, eurodéputé et ex-Premier ministre belge, est un récidiviste militant européen. Il avait déjà dénoncé le franchouillard débat sur l’identité nationale. « La France prend le risque de se convaincre elle-même qu'elle traverse une crise identitaire », disait-il dans le quotidien progressiste de gauche De Volkskrant, en novembre 2009.


Cette fois, c’est dans l’édition du 24 février 2010 de De Standaard, quotidien néerlandophone belge, que Guy Verhofstadt remet le couvert. « L'identité est un concept sur lequel il est impossible de construire une société pacifique et prospère. De manière plus générale, l'identité est un symptôme de notre incapacité à accepter le monde tel qu'il est. L'avenir de l'Europe ne se trouve en aucun cas dans la recherche d'une identité nationale. Il ne se trouve pas non plus dans la mise bout à bout d'identités nationales. L'Europe d'aujourd'hui, l'Europe des nations est une relique du passé. C'est une Europe qui est incapable de solutionner les problèmes. Et c'est une Europe qui ne jouera pratiquement pas de rôle dans le monde multipolaire du XXIe siècle. En résumé, l'avenir de l'Europe et de l'Union européenne sera post-national ou il ne sera pas. »


GV vise l’actualité française, mais il aurait aussi pu mettre à l’index l’Italie qui veut donner un permis de séjour à points pour les immigrés non ressortissants de l'Union européenne. Ce nouveau permis de séjour valable deux ans devrait être crédité de trente points à la fin de cette période pour pouvoir être renouvelé… La Ligue du Nord, défend l’Italie contre le reste du monde comme elle peut L


GV aurait aussi pu mette en lumière l’égoïsme économique allemand, qui ne veut pas plus venir en aide aux cueilleurs d’olives grecs, qu’aux mangeurs de tapas espagnols. Là, il est question d’identité économique nationale. D’un  remède de rigueur et d’efforts imposés aux allemands, qui ne seront pas solidaires des dilettantes sudistes accrochés aux avantages acquis du laxisme budgétaire.

 

L’avenir de l’Europe, dans la crise économique et sociale que traverse le continent, n’est pas soluble dans l’€ attaqué par des fonds spéculatifs. J’ai l’impression que l’avenir de l’Europe se délite, qu’il n’y a pas d’énergie post-nationale pour inventer un demain meilleur à plusieurs. Chacun se recroqueville sur son confetti d’identité nationale, et l’Europe est plus que jamais illisible et inaudible. Pas de rêve partagé, pas de projets mobilisateurs, …, l’Europe est en recul dans les cœurs.


Puisse-t-elle continuer de porter la paix et redécouvrir la force inhérente au post-national, pour ne pas sombrer dans de mauvais jours.


La voix de Guy Verhofstadt est-t-elle si esseulée ? Puisse ce billet lui donner quelques échos en France.

 

 

MAJ 27/02/10, 16h50


La sagesse est-elle belge pour nos autres français ? En tous cas, lire Geert van Istendael,  écrivain, traducteur et ancien journaliste, qui a publié la tribune Eloge du moi multiple le 19 février 2010 dans De Standaard. "Notre secret n’est pas tant que nous, les Belges, n’ayons pas de véritable identité. Au contraire. Nous, les Belges, nous avons trop d’identités. Nous avons trop de choix. Mais pourquoi serait-ce un problème ? Pourquoi nous restreindre en nous forçant à faire des choix qui sont superflus, et même dommageables ? Du coup, la menace de l’Autre disparaît aussi. Car il fait partie de nous-mêmes depuis longtemps".


GvI qui nous amène sur les traces d'Amin Maalouf, lequel s'est interrogé sur la notion d'identité, sur les passions qu'elle suscite, sur ses dérives meurtrières, dans son livre Les Identités meurtrières. "Pourquoi est-il si difficile d'assumer en toute liberté ses diverses appartenances ? Pourquoi faut-il, en cette fin de siècle, que l'affirmation de soi s'accompagne si souvent de la négation d'autrui ? Nos sociétés seront-elles indéfiniment soumises aux tensions, aux déchaînements de violence, pour la seule raison que les êtres qui s'y côtoient n'ont pas tous la même religion, la même couleur de peau, la même culture d'origine ? Y aurait-il une loi de la nature ou une loi de l'Histoire qui condamne les hommes à s'entre-tuer au nom de leur identité ? ".


Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0