Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le-chemin-de-l-esperanceJe continue dans la même veine que mon récent billet sur « l’opportunité d’une utopie concrète », avec quelques mots à propos du livre « Le chemin de l’espérance », que cosignent Edgar Morin et Stéphane Hessel. Cet opus de 60 pages publié chez Fayard à 5€, est une boîte à outil politique pour réformer en profondeur la société française et au-delà, la société monde. Ce livre permet de voir un pan de ciel bleu à la lumière apaisante comme l’horizon, à la place des sombres nuages d’angoisse qui s’amoncèlent. Le renoncement n’est pas inéluctable, il y a de quoi espérer...

  

« Le chemin de l’espérance »  prolonge le constat d’une crise globale qui pourrait se révéler être une chance pour l’humanité, en apportant des éléments de réponse au nouveau modèle de régulation économique à inventer, à l’alternative globale à construire… Il permet de repenser positivement la mondialisation pour qu’elle soit plus juste et durable, pari sur l’émergence multiforme de cercles de progrès humanistes, propose de nouvelles institutions de régulation…

 

 

Accessible et pédagogique, ce livre propose une pensée complexe comme clé d’entrée de son programme politique. « Nous devons substituer à l’impératif de croissance un impératif complexe, déterminant ce qui doit croître mais aussi ce qui doit décroître ». Cette politique réformatrice humaniste radicale, passe à la fois par la mondialisation et la démondialisation, elle renverse l’hégémonie du quantitatif sur le qualitatif…

 

La « politique de civilisation » chère à Edgar Morin est ici synthétisée dans une politique du bien vivre. Les propositions déclinées sur une quarantaine de page, sont aussi des synthèses de celles développées dans « La voie » du même auteur. Stephane Hessel n’est pas un figurant, il apporte à l’ouvrage sa touche française qui vise à l’universalisme, son esprit de synthèse de haut fonctionnaire. Les deux co-auteurs, avec leur passé de résistants, leur vie d’engagements et de production conceptuelle, ne désarment pas. Jusqu’au bout, ils veulent contribuer à produire des idées concrètes pour une nouvelle politique. Face au constat d’échec du modèle civilisationnel occidental étendu dans une mondialisation libérale, ils croient à la possible et nécessaire métamorphose, ils nous donnent des outils pour la penser et la faire advenir.

 

Des révolutionnaires nos deux anciens ? Peut-être, mais alors des révolutionnaires pacifistes et démocrates, adeptes de la transition et des institutions… Ainsi, leur programme économique n’est pas rouge vif, bien au contraire. Il est pour une économie plurielle, qui englobe l’économie équitable, sociale, solidaire, verte et le capitaliste financier et ses multinationales. Leur radicalisme, c’est de prévoir un contrôle strict sur le capitalisme financier et de promouvoir le développement des PME et PMI, ainsi que l’économie sociale et solidaire, le commerce équitable et l’éthique.

 

 

« Le chemin de l’espérance » s’adresse aux français, mais pas seulement. Opportuniste du calendrier alors que les indignés français sont très discrets en terme d’occupation de l’espace public, ce livre veut prolonger l’indignation en propositions pour occuper l’espace politique d’ici à l’élection 2012. Edgar Morin et Stéphane Hessel ne se cachent pas d’être à gauche, opposants de l’actuel gouvernement…

 

Assigner à la France et à l’Europe un rôle dans le processus de régénération planétaire, pourquoi pas. Toutefois, leur programme politique peut (doit) librement inspirer tous les progressistes du monde, et peut s’appliquer/se décliner partout sans attendre la France et l’Europe ;).

 

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0