Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce n’était pas arrivé depuis que Jörg Haider (FPÖ, extrême droite) fit son entrée dans la coalition du gouvernement autrichien en 2000, suscitant une barrière démocratique européenne contre les dérives extrêmes droitières d’un pays membre de l’Union.

 

Cette fois, pour la rentrée parlementaire européenne de septembre 2010, les eurodéputés se sont élevés contre la politique française à l’encontre des Roms. Extrait : « Le Parlement européen se déclare vivement préoccupé par les mesures prises par les autorités françaises, ainsi que par les autorités d'autres Etats membres, à l'encontre des Roms et des gens du voyage prévoyant leur expulsion ; les prie instamment de suspendre immédiatement toutes les expulsions de Roms et demande à la Commission, au Conseil et aux Etats membres de formuler la même demande. »

 

Rue89 fait bien de nous rappeler que pendant deux jours, avant ce vote sur une délibération extrêmement inhabituelle et comminatoire, « c'est un feu nourri de critiques qui s'est abattu sur le gouvernement français, et Nicolas Sarkozy en particulier ». Tant qu’un gouvernement d’un pays membre ne franchit pas la ligne jaune des valeurs de l’Europe, le Parlement Européen ne délibère pas sur les aléas politiques nationaux. Sarkozy a franchi la ligne en klaxonnant cet été, légitimant des idées xénophobes et la criminalisation de la pauvreté. Le voilà rabroué par l’instance démocratique de l’Europe, qui fait les gros yeux et va bientôt sortir la règle pour taper sur les doigts du petit président français.

 

Aussi, on devrait y penser au Château de l’Elysée. La diversion Roms est un bien mauvais scénario, qui ne devrait pas être prolongé au-delà de l’été. Après la presse internationale, le pape, l’Onu, …, c’est maintenant le Parlement européen qui trouve la manœuvre politique indigeste pour une démocratie qui se revendique berceau des Lumières et des Droits de l’Homme. Rappelons que nous sommes débiteurs de valeurs universelles, et que la dérive française légitime d’autres dérives dans nombres de pays moins démocratiques. La France abîme son âme de faire régresser les valeurs qui la fonde et que nous avons en partage avec l’Europe. Ce n’est même plus une régression mais de la décadence !

 

Merci au Parlement européen, d’ajouter une voix à 27 pays, pour siffler la fin de la partie nauséabonde en France et de d’appeler le pays à respecter les droits fondamentaux des ressortissants de l’UE.

 

A l’UMP, on ferait bien de se réveiller et de freiner vers l’impasse politique où la mène son chef. Cette résolution contre la France n’est pas un coup politique du PS, arraché à quelques voix près à l’Assemblée Nationale avec des députés sortant des rideaux à une heure tardive. C’est une résolution adoptée par une marge majorité (337 voix contre 245) en assemblée plénière du Parlement européen, grâce à une alliance rassemblant communistes,  écologistes, socialistes et même jusqu’aux libéraux, contre la droite populaire et l'extrême droite. Une pièce pour l’histoire, qui fait honte au pays.

 

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0