Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marseille et son clientélisme, légende urbaine d’une culture locale qui se retrouve sous les feux de la rampe médiatique et judiciaire. La députée apparentée socialiste Sylvie Andrieux, comparait pour un détournement présumé de 740 000 € au débit de la Région Provence Alpes Côtes d’Azur, en vue de financer des associations plus ou moins fictives qui œuvraient dans la conviction électorale au profit de Sylvie Andrieux avec biens d’équipements divers et variés en cadeaux. Sylvie Andrieux a-t-elle organisé l’achat de bulletins de vote avec de l’argent public, c’est à la justice de répondre…


Ce qui est « rassurant » pour le citoyen, est que cette « affaire » marseillaise n’ait pas autant traîné que celles Chirac et Tibéri à la Mairie de Paris. En l’espèce à Marseille, Le Monde nous  apprend qu’une enquête ouverte à la mi-2007 après le signalement par la cellule anti-blanchiment du ministère de l'économie (Tracfin) de flux financiers suspects entre juin 2005 et janvier 2007 sur les comptes d'associations et de sociétés de BTP installées dans les quartiers nord de Marseille, et 6 ans après, la justice est en capacité de juger, la suspecte sur le banc des accusés. Comparée à d’autres affaires politico-malsaines ailleurs française, le justice marseillaise est presque diligente !

 

Les faits dénoncés sont graves, cela va s’en dire. C’est agaçant que l’institution publique soit détournée et l’intérêt général, qu’elle soit asservie à l’intérêt privé, oui !

 

« Checks and balances », pouvoir et contre-pouvoirs, la démocratie doit faire avec la nature humaine et les brebis galeuses… L’œuvre de justice est importante et le fait qu’elle passe ici à Marseille sur la classe politique locale est la preuve que le système n’est pas complètement pourri. Attendons le verdict pour se faire une opinion définitive, avec toutefois l’espoir raisonnable que cette justice indépendante assainisse les pratiques de la classe politique locale.

 

J’aurais préféré ne pas avoir à commenter ce « fait public » de soupçon de détournement de fonds publics pour acheter des bulletins de vote. Je me réjouis toutefois que la justice avance d’ici au 22 mars, date de clôture du procès. Sylvie Andrieux, réélue en 2012 députée des quartiers Nord de Marseille, va-t-elle tomber ? Laissons la justice se prononcer.

 

Le populisme est à nos portes, il ne faut pas laisser prospérer le « tous pourris » qui profite aux réactionnaires. L’histoire du détournement de subventions régionales pour « acheter » des voix, nous dit que de telles pratiques se détectent et que la justice est en mesure d’être saisie et de juger dans des délais raisonnables. C’est une bonne nouvelle pour la démocratie.

 

Madame Andrieux se défend avec la tactique de la reine d’Angleterre qui n’aurait ni la signature du chéquier régional, ni connaissance de l’objet fictif des associations, pas plus que leur prosélytisme électorale à son profit… Voyons ce que la justice prononcera comme verdict, elle fait œuvre de salubrité démocratique !

 

Tag(s) : #Marseille 2008 et au delà

Partager cet article

Repost 0