Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chiffres sont tombés la semaine dernière. Pour la première fois depuis 10 ans, le marché du solaire thermique en France métropolitaine a régressé en 2009 de 15%. Moins 14 % pour le chauffe-eau solaire, moins 56% pour le chauffage solaire. Il n’y a que le segment de l’eau chaude solaire collective qui progresse, avec un modeste +19%. Le marché a reflué sous la barre des 185,5 MWth (265 000 m²) en 2009, s’éloignant de l’objectif des 700 MWth/an a installer d’ici 2012, fixé par le Grenelle de l’environnement.

 

Selon les statistiques fournies par les adhérents d’Enerplan et d’Uniclima, en 2009, moins de 36 000 Chauffe-Eau Solaires Individuels (contre 42 000 en 2008) et moins de 2 500 Systèmes Solaires Combinés (contre 5 800 en 2008) ont été installés. Ce sont 68 000 m²qui ont été installés dans les bâtiments collectifs (contre 56 000 m² en 2008).

 

ST French market 99 09

La crise économique, le recul du prix des énergies fossiles, la concurrence des offres thermodynamiques, la forte montée en puissance de l’électricité solaire, …, autant d’effets cumulés qui ont impacté négativement le secteur solaire thermique en 2009.

 

Autant d’effets cumulatifs qui pèseront encore en 2010, avec une concurrence accrue entre le chauffe-eau solaire et le chauffe-eau thermodynamique, due à l’accès à 40% de crédit d’impôt pour ce dernier. Pour tenter de renverser la tendance baissière, la profession se mobilise et annonce une campagne de communication au printemps. Pour réaffirmer que la chaleur solaire est importante, autant pour lutter contre l’inflation de la facture énergétique, que pour lutter contre l’effet de serre et participer à l’indépendance énergétique du pays. Que les technologies sont matures et la filière qualifiée… Espérons que cela garnisse le carnet de commande des installateurs Qualisol.

 

 

L’électricité solaire cannibaliserait le marché du solaire thermique ? Sans doute un peu (bcp ?), car elle grignote l’enveloppe de crédit d’impôt et les capacités d’investissement des ménages. Si l’on en croit l’étude sur le photovoltaïque français publié récemment par PricewaterhouseCooper, un peu plus de 2 000 ménages ont fait le pas du toit solaire producteur d’électricité en 2007, ils étaient déjà 11 000 en 2008 et environ 25 000 en 2009 cumulant 75 MW installés dans l’année. Soit une croissance fulgurante de 230 % entre 2008 et 2009.

 

Compte tenu que le prix d’achat de l’électricité solaire demeure relativement haut dans le résidentiel (58 c€/kWh en 2010, contre 60 c€ en 2009), que cet avantage est renforcé par le crédit d‘impôt, tandis que les coûts d’approvisionnement continuent de baisser, le marché 2010 s’annonce encore insolent de croissance. Sa limite relève du nombre de professionnels compétents pour intervenir sur le marché. La profession des couvreurs est déjà en tension, les couvreurs solaires ne sont pas encore légion. Ce marché pourra être impacté par la malfaisance d’opportunistes, qui interviennent plus pour vendre du solaire que pour réaliser une offre technique irréprochable. S’il fallait faire un pronostic sur le nombre de foyers français qui s’équiperont en 2010, je mise en 35 et 50 000. Les installateurs QualiPV vont devoir se structurer pour faire face à la demande…

 

Marché Fr PV PwC 07 à 09

 

Le marché photovoltaïque français se structure et a été tiré en 2009 pour les bâtiments professionnels et agricoles (85 MW, contre 30 MW en 2008), segment qui passe devant le résidentiel. Avec la baisse à 50, voir 42 c€/kWh en 2010, ce segment devrait subir une saine maturation qui va ralentir sa croissance. Moins juteux, l’investissement dans des bâtiments solaires s’avère encore rentable, une option à étudier lors de la construction ou la rénovation de construction.

 

Le marché des centrales au sol commence à être visible avec 60 MW installés en 2009, contre 12 en 2008. Les quelques centaines d’hectares grignotés pour des fermes solaires, seront des milliers dans les prochaines années. Le nouveau tarif 31,4 c€/kWh, qui bonifie le prix d’achat jusqu’à 37,7 c€/kWh dans le nord de la France, va voir fleurir de nombreux projets.

 

Pour dessiner le contour du marché photovoltaïque français 2010, il faut tenir compte des mesures de rétroactivité pour l’application du nouveau tarif 2010 aux projets déposés fin 2009. Ce sont entre 600 et 2800 MW qui sont concernés, selon les différentes évaluations entre les projets réalisables et les projets virtuels déposés. Si la marche « naturelle » du marché peut être estimée entre 3 et 400 MW pour 2010, ajouter quelques centaines de MW de la file d’attente et le marché pourrait monter entre 500 et 700 MW.

 

 

 

Jens Altevogt
Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0