Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

21 avril 2012, weekend de départ en vacances de printemps des parisiens et premier tour de l’élection présidentielle demain 22 avril. La campagne électorale s’est arrêtée à minuit. Maintenant, tout est suspendu jusqu’à demain soir où nous aurons une orgie de commentaires politiques. Les candidats sont retournés dans l’ombre (au calme ?). D’aucuns ont mis beaucoup sur la table, d’autres avaient des mises plus modestes, les jeux sont faits et la boule électorale marquera deux cases de la roulette demain à 20h.

 

Le gagnant de 2007 voudrait bien réitérer son coup en 2012, avec cette fois une Patek à la place de sa Rolex, c’est plus cher et moins blingbling… Il sue à grosses gouttes, fatigués, hargneux…, hasardeux dans ses propositions à courir après les électeurs du Front National. Plus il est populiste, plus il déconstruit sa « stature de chef d’Etat » qui était le seul argument « crédible » en boutique…

     

Le candidat sortant se fait puéril sur la fin, à se plaindre qu’il est seul contre neuf, que les autres sont des méchants qui se sont ligués pour l’empêcher d’être réélu… Sarkozy se pose en victime, mais ça ne convainc que lui, la politique n’est pas un sport de bisounours… Il voudrait croire et nous faire croire que tout sera changé au soir du 22 avril, avec un vrai duel armé de la moitié du temps de parole jusqu’au 6 mai. Les éléments de langage peuvent finir par autopersuader celui qui les répète, mais ils se fracasseront sur la dure réalité de la défaite au soir du 6 mai.

 

L’ambiance électorale n’est pas du tout la même qu’en 2007, et ce n’est pas tant la faute à la crise qu’à cause de la personnalité d’un chef qui cristallise le rejet. Dans la phase ascendante de prise du pouvoir et au début de son exercice, il était léché par les médias, la « sarkophilie » avait contaminée les rédactions puis une majorité de français. Durant le mandat et jusqu’à la fin, il a été lâché par beaucoup de médias qui ont redécouvert une part d’indépendance d’esprit et le sens de la critique. Avec une cote de perdant, il est dans la phase du lynchage mérité, où tous ses mensonges et turpitudes sont pointés. « Léché, Lâché, Lynché », la mécanique des trois L des médias est cruelle mais pas injuste…

 

Si l’élection présidentielle 2012 a été jusqu’à présent une sorte de cour de récréation où l’on se chamaille beaucoup en évitant les sujets sérieux abordés en classe, c’est en partie à cause de ce sortant turbulent, insolent et menteur qui veut rester à tout prix le délégué de classe. Une raclée par les urnes devrait lui réajuster l’égo !!!

 

Les jeux sont faits, la roue tourne, rien ne vas plus… 11 cases en comptant l’abstention, les français se doivent d’exercer leur pouvoir démocratique, dans la limite de l’exercice qui ne changera pas la réalité mais la façon de l’aborder.

 

RdV demain soir, pour suivre la soirée électorale avec quelques billets.

 

Tag(s) : #Elections 2012

Partager cet article

Repost 0